Subscribe

Français de l’étranger : passe d’armes entre ministre et sénatrice UMP

La ministre déléguée aux Français de l’Etranger, Hélène Conway-Mourret, s’est élevée samedi contre les “déclarations que l’on espère involontairement erronées” de la sénatrice UMP, Joëlle Garriaud-Maylam, contre une réforme de la représentation des expatriés.

Cette réforme prévoit de faire élire les sénateurs représentant les Français de l’étranger par 442 conseillers consulaires, au lieu des 155 membres de l’Assemblée des Français de l’étranger actuellement.

Mme Garriaud-Maylam, sénatrice des Français de l’étranger, a qualifié vendredi cette réforme de “recul démocratique considérable”, souhaitant “maintenir une Assemblée des Français de l’étranger entièrement élue au suffrage universel direct”.

“Contrairement aux déclarations que l’on espère involontairement erronées de la sénatrice UMP Joëlle Garriaud-Maylam, la réforme de l’assemblée des Français de l’étranger n’a nullement pour effet de consacrer un recul démocratique considérable”, écrit Mme Conway-Mourret dans un communiqué.

“Confondant désignation et élection, Mme Garriaud-Maylam regrette manifestement l’élargissement d’un corps électoral qui aura pour effet de le faire passer de 155 – majoritairement de droite – à 442. Il lui en est donné acte”, poursuit-elle.

Le gouvernement présentera début 2013 une présentation globale de ce projet, indique la ministre. Cette réforme “achèvera ainsi de donner aux Français établis hors de France tous les éléments de leur intégration dans la République après ceux que, dès 1983, François Mitterrand avait commencé à leur reconnaitre avec l’élection au suffrage universel des conseillers des Français de l’étranger”, ajoute-t-elle.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related