Subscribe

France-Chine : Une défaite qui fait désordre

A une semaine de son entrée dans le Mondial face à l’Uruguay, le 11 juin, la France a achevé sa préparation par une défaite (0-1) qui désole, fait désordre et laisse un sale goût d’impuissance, contre la Chine, 84e rang mondial, vendredi à La Réunion.

Les Bleus, qui devaient quitter La Réunion dans la nuit pour l’Afrique du Sud, ne pouvaient donc qu’emporter des doutes et non pas des certitudes dans leurs valises, après ce match où ils auraient dû faire le plein de buts et de confiance.

Il ne faut jamais tirer de leçons définitives des amicaux, mais ce nul fait tache à une semaine de l’heure de vérité le 11 juin, contre l’Uruguay, adversaire autrement plus relevé que la Chine.

“J’espère que l’équipe n’est pas prête, car il faut être prêt le 11 juin”, avait dit Raymond Domenech la veille du match. Il peut être rassuré sur un point: son équipe n’était pas prête vendredi… L’animation fut bancale et la finition française fut bien terne. Et le pire advint sur un coup-franc –les coups de pied arrêtés sont le point faible des Français– par Deng Zhuoxiang (0-1, 68e).

Gourcuff passe à côté

Cela n’a rien de rassurant dans un 4-3-3 une nouvelle fois reconduit avec les mêmes hommes (donc avec Anelka titulaire aux dépens de Henry). Ce système censé faire la part belle aux cinq éléments offensifs ne remplit toujours pas ses objectifs de rendement devant le but. En trois matches de préparation, l’équipe de France aura marqué 3 buts et en aura encaissé 3: cela manque de relief.

La première alerte de Malouda devant le but chinois dès la première minute ne fut pas suivie d’effet. Dominateurs, poussés par un petit Stade Michel-Volnay rempli de 10.000 fans des Bleus, Evra et ses partenaires ne parvinrent qu’à se créer des occasions en fin de match, une fois leur orgueil piqué par le but chinois.

Au rayon des créateurs, Gourcuff passa à côté de son match. En réalité, seul Ribéry fut une nouvelle fois au dessus du lot, techniquement et dans l’envie. Mais “Francky” ne parvint pas à trouver Anelka. Et c’est là le gros problème de ce 4-3-3 où l’attaquant de Chelsea n’est jamais là où ses partenaires l’attendent et ne fait pas les bons appels.

Les entrées en seconde période de Henry, Gignac et Valbuena, pour les attaquants, apportèrent un peu de tonus, mais pas de but.

Gallas tient toujours

La seule satisfaction vint de Gallas, titularisé en dépit de tous ses soucis, mollet gauche, droit, maux de ventre, qui a poursuivi sa montée en régime. Le Gunner (81e sélection) monta même aux avant-postes pour tenter de marquer, comme il l’avait fait contre la Tunisie (1-1). Un but lui fut refusé pour un hors-jeu (13e) puis il vit sa tête passer à côté (35e), rata encore un tir (49e).

Devant lui, Toulalan agaça par des fautes inutiles, qu’il ne faudra pas commettre contre les adversaires du Groupe A (Uruguay, Mexique, Afrique du Sud), qui seront autrement plus coriaces que la Chine, modeste 84e rang mondial (la France est 9e).

Le petit évènement fut l’entrée en seconde période (à la place de Sagna) de Réveillère, titulaire pour la dernière fois en Bleu le 12 novembre 2005!

Les sportifs célèbres réunionnais, Guillaume Hoarau, Florent Sinama-Pongolle et Jackson Richardson, parmi les spectateurs, ont dû rester sur leur faim. Rendez-vous pour les choses sérieuses le 11 juin. Les Bleus devront montrer autre chose.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Nicolas Anelka exclu de l’équipe de FranceNicolas Anelka exclu de l’équipe de France Le mythe d'une équipe de France soudée, fabriqué autour du leitmotiv "le groupe vit bien", a volé en éclat samedi au Mondial, avec la révélation des insultes proférées contre Raymond […] Posted in Opinion
  • La sale image de Bleus en criseLa sale image de Bleus en crise L'exclusion samedi de Nicolas Anelka de l'équipe de France pour avoir insulté le sélectionneur Raymond Domenech est une pierre de plus dans le jardin des Bleus, dont l'image a été […] Posted in Opinion