Subscribe

Franck Scemama (PS) lance sa campagne au Canada

Lundi soir, le candidat investi par le Parti socialiste pour représenter les Français d’Amérique du Nord à l’Assemblée nationale lançait officiellement sa campagne sur ses terres, à Montréal, en compagnie de Corinne Narassiguin et des militants socialistes.

C’est en plein cœur du Quartier latin de Montréal, au restaurant Pèlerin Magellan, que Franck Scemama a donné rendez-vous aux Français de Montréal pour lancer officiellement sa campagne pour le poste de député des Français d’Amérique du Nord. Venue encourager le nouveau candidat, Corinne Narassiguin, l’élue déchue, a ouvert cette rencontre en revenant sur les raisons de l’invalidité de son élection, puis de faire le bilan de son mandat de huit mois. Elle a notamment évoqué les questions de fiscalité des Français de l’étranger et le mariage pour tous, qui furent ses deux principaux combats.

Corinne Narassiguin a ensuite laissé le micro à Franck Scemama. Bouquet de roses à la main, le candidat officiellement investi par le PS a grandement remercié celle qu’il “admire tant” et qu’il avait aidé à faire élire l’été dernier. S’en est suivie une brève présentation de celui qui se décrit comme un homme au parcours atypique et un expatrié expérimenté, pour qui cette campagne n’aurait pu être amorcée ailleurs qu’à Montréal, sa terre d’accueil depuis 2005.

“Le vote sera constitutionnel”

Sans grand artifice, et dans une ambiance décontractée de bar de quartier, le candidat socialiste a réitéré son engagement auprès des Français d’Amérique du Nord, avant de se prêter au jeu des questions-réponses avec l’assistance, aux côtés de sa prédécesseure. Interrogé sur les dates des élections, remises en cause par le candidat de l’UMP Frédéric Lefebvre, Franck Scemama a expliqué que “le vote sera constitutionnel” et que les dates fixées correspondent aux délais des “90 jours suivant l’annulation du scrutin prévus par la loi” (grâce au vote internet, ndlr). Le candidat s’accorde cependant avec son concurrent en redoutant une faible participation, symptomatique des élections partielles, et qu’il considère comme son plus grand adversaire dans cette campagne.

Questionné sur la candidature de Cyrille Giraud (Europe Ecologie-Les Verts) avec qui Corinne Narassiguin avait fait campagne en 2012, Franck Scemama a qualifié de légitime et justifié la désolidarisation PS-EELV : “Cela aurait été trahir l’esprit socialiste qui se veut paritaire, en genre mais aussi en géographie, que d’accepter la proposition d’EELV. Ma suppléante Annie Michel apporte non seulement un regard féminin mais aussi une expérience conséquente aux Etats-Unis à cette campagne”. Franck Scemama n’écarte pas pour autant un rapprochement des deux partis après la campagne, voire dès le second tour s’il y en a un : “on commence séparés mais on finira ensemble”, a-t-il conclu.

Franck Scemama entend donc mener une campagne sous le signe de l’échange avec ses électeurs : “C’est sa force et c’est sur ça qu’il va convaincre les électeurs”, affirme Corinne Narassiguin. “C’est ce qui a fait le succès de notre première campagne et c’est ce qui fera la différence dans celle-ci”, a-t-elle ajouté. L’ancienne députée, pour qui de nouveaux projets politiques parisiens devraient se concrétiser dans les semaines à venir, entend suivre de près ces nouvelles élections et soutenir “jusqu’au bout” son successeur. Dès ce mercredi, Franck Scemama et Corinne Narassiguin seront à New York pour le lancement officiel de la campagne socialiste aux Etats-Unis, après quoi Franck Scemama sillonnera la circonscription pour rencontrer les Français d’Amérique du Nord.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related