Subscribe

Françoise Atlan, odyssée vocale sur les rivages méditerranéens

La chanteuse aux origines judéo-berbères ouvrira samedi le festival World Nomads du FIAF de New York, dont la quatrième édition est consacrée au Maroc.

Considérée comme une chanteuse traditionnelle par le monde de la musique classique et comme une chanteuse lyrique par le monde de la chanson traditionnelle, Françoise Atlan est l’une des rares sopranos à allier les deux répertoires. A New York, accompagnée par le célèbre orchestre de Fès, elle interprétera des noubas, suites typiques de la musique arabo-andalouse.

« Il y aura des chants en arabe, en hébreu et en espagnol. Le concert, Andalussyat (ndlr : les Andalousies) représentera ce qu’a toujours été le Maroc : une terre de cohabitation », précise Françoise Atlan, qui réside au royaume chérifien. Il y a quelques semaines, elle interprétait des chants baroques mexicains. « J’ai un côté schizophrène, que me permet une technique vocale très solide », acquise au Conservatoire d’Aix-en-Provence.

En 2003, elle était venue pour la première fois chanter à New York, au prestigieux Carnegie Hall. « C’était très émouvant de chanter deux ans après le 11 septembre 2011 », se souvient-elle. La chanteuse à la double culture judéo-arabe refuse de véhiculer des messages, mais sa carrière est une suite de symboles forts : ce concert accompagnée par l’orchestre de Fès dans un pays meurtri par les attentats du World Trade Center, mais aussi ses nombreuses représentations au Moyen-Orient ou encore ses concerts avec le chanteur palestinien Moneim Oudwan. « Il n’y a pas de message particulier, je ne suis pas là pour donner des messages, estime-t-elle, mais nous avons des racines communes, c’est certain, et ça s’entend. »

Le compositeur Maurice Ohana, qui mêle des sons contemporains à la tradition nord-africaine, a été le premier à lui faire prendre conscience de sa double culture. Il lui a confié la partie soliste de ses Cantigas, dont la version enregistrée a reçu le Grand prix de l’Académie Charles-Cros du disque en 1987. Dès son premier album, Romances sépharades, en 1992, Françoise Atlan a reçu d’excellentes critiques qui ne cessent pas depuis vingt ans.

La chanteuse ne s’est pas endormie sur ses lauriers et juste après son deuxième album, Entre la Rose et le Jasmin, récompensé par un diapason d’or en 1994, elle est partie s’installer au Maroc. « Je suis venue pour apprendre, et depuis vingt ans, je ne cesse d’apprendre ici ». Au contact de ses maîtres, mais aussi au contact des habitants dont elle collecte la tradition musicale. « Si je n’avais pas été chanteuse, j’aurais été anthropologue », remarque celle qui inlassablement enregistre les voix des Juifs de l’Atlas, découvrant ainsi de nombreux chants, qu’elle interprète dans les salles les plus prestigieuses.

A noter :

Concert à New York le samedi 30 avril à 20h30 au Florence Gould Hall du FIAF de New York. Plus d’informations sur le site du FIAF.

Le site de Françoise Atlan

Françoise Atlan sort un nouvel album en juin 2011, Rivages, sous le label Crystal records. Plus d’informations ici.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related