Subscribe

Francophone dans l’âme

Gabrielle Durana, fondatrice de l’Association Education Française Bay Area vient d’être élue administratrice du Centre de la Francophonie des Amériques.

Gabrielle Durana a ce qu’elle appelle une expérience de la francophonie « acquise sur le terrain ». En 2009 elle a fondé Education Francaise Bay Area, une association qui propose dans la région de San Francisco des cours de français aux enfants scolarisés dans le système public américain. C’est forte de cette expérience qu’elle a décidé de poser sa candidature au poste d’administratrice du Centre de la Francophonie des Amériques dont le quartier général est au Québec. « Je suis admirative de la politique linguistique et culturelle du Québec, explique-t-elle. Et je pense que la situation des francophones là-bas est finalement assez proche de celle des familles expatriées vivant aux Etats-Unis dans un environnement anglophone. » Elle souligne par ailleurs qu’une partie du matériel pédagogique utilisé par EFBA vient du Québec. « Nous retrouvons la problématique de diversité culturelle jusque dans les illustrations qui reflètent vraiment la réalité californienne…»

Neuf autres candidats – résidant au Brésil, en Haïti ou encore en Floride – se sont présentés avec Gabrielle Durana dans la catégorie «  personne provenant de l’extérieur du Canada » au poste d’administrateur du Centre de la Francophonie des Amériques. Cette organisation a été créée en octobre 2008 pour mener des actions en faveur de la francophonie « dans le contexte de la diversité culturelle des Amériques. » Ses quelque 4000 membres ont voté pour choisir les 7 administrateurs qui ont  rejoint, le 16 décembre, les 8 déjà en place.
Aussitôt élue, Gabrielle Durana est entrée en contact avec les candidats qu’elle a battus. « Je voudrais monter avec eux un collectif , explique-t-elle. En regardant leur profil j’ai en effet constaté que, comme moi, ils lient l’action à la réflexion autour de la francophonie. »

Gabrielle Durana se lance dans cette nouvelle aventure avec l’EFBA en tête. L’association reçoit en effet des subventions du gouvernement français via le programme Français Langue Maternelle (FLAM). EFBA, qu’elle dirige bénévolement, accueille 600 élèves, emploie 70 professeurs et assistants et tourne avec un budget de 750 000 dollars. « Mais, s’exclame la jeune femme, ce serait quand même formidable de recevoir l’appui officiel d’un autre gouvernement, francophone. »

 

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related