Subscribe

G20, climat, Iran et Clearstream au menu de la rentrée médiatique de Nicolas Sarkozy

A la veille du sommet du G20, Nicolas Sarkozy effectue mercredi soir depuis New York sa rentrée médiatique sur TF1 et France 2 pour réaffirmer ses ambitions sur la régulation financière ou le climat, et réagir à l’actualité hexagonale comme le procès Clearstream.

Pour son premier entretien télévisé depuis le mois d’avril, le chef de l’Etat doit répondre pendant une petite demi-heure aux questions des présentateurs des deux journaux télévisés les plus regardés de France, Laurence Ferrari et David Pujadas, qui ont fait pour l’occasion le déplacement dans la mégalopole de la côte est des Etats-Unis.

Par précaution, la prestation présidentielle sera enregistrée et diffusée à 20h00 sur les deux chaînes. Nicolas Sarkozy doit s’exprimer devant l’assemblée générale de l’ONU vers 12h30 heures locales (18h30 à Paris) mais son entourage redoutait que le discours du Libyen Mouammar Kadhafi, programmé un peu plus tôt, traîne en longueur et retarde son passage à la tribune.

A quelques heures de l’ouverture du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement des vingt économies les plus puissantes de la planète à Pittsburgh, le président en profitera pour répéter ses exigences en matière de “moralisation” du système financier international.

Longtemps partisan d’un plafonnement stricto sensu des bonus des traders, particulièrement mal vus dans l’opinion, Nicolas Sarkozy a adouci son discours après le refus de Barack Obama de soutenir une telle mesure, que les 27 pays de l’Union européenne (UE) n’ont pas non plus repris dans leur position commune élaborée la semaine dernière à Bruxelles.

Le chef de l’Etat qui n’a en rien renoncé à son objectif “d’avoir moins de bonus globalement”, a tenu à assurer l’Elysée avant le coup d’envoi de la réunion de Pittsburgh. Il est simplement “souple sur les modalités” pour y parvenir.

Dans la ligne de son discours de mardi lors du sommet qui s’est tenu à New York à l’initiative du secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, il doit également insister à nouveau sur l’urgence de débloquer rapidement les négociations sur le climat à moins de trois mois du sommet de Copenhague.

Sur ce thème, le message international de Nicolas Sarkozy vise aussi à emporter la conviction de ceux qui en France, et notamment dans les rangs de sa propre majorité, rechignent à accepter l’entrée en vigueur dès l’an prochain d’une taxe carbone qu’ils considèrent comme un nouvel impôt.

Selon son entourage, le chef de l’Etat profitera aussi de la tribune télévisée qui lui est offerte pour répondre aux attaques lancées mardi soir, sur France 2, par Mahmoud Ahmadinejad.

Reprenant presque mot pour mot les critiques du président français après sa réélection contestée, le président iranien a estimé que “le peuple français mérite mieux que ses dirigeants actuels”. Nicolas Sarkozy réagira aussi aux conditions posées par M. Ahmadinejad à un retour en France de l’universitaire française Clotilde Reiss, toujours bloquée à Téhéran.

Même depuis New York, le chef de l’Etat ne devrait pas échapper à une question sur le procès Clearstream, une vaste manipulation de fichiers bancaires, où il est partie civile, et la violente charge lancée contre lui lundi par Dominique de Villepin.

“Je suis ici par la volonté d’un homme, je suis ici par l’acharnement d’un homme, Nicolas Sarkozy, qui est aussi président de la République française”, a lancé l’ex-Premier ministre, qui est poursuivi pour complicité de dénonciation calomnieuse, avant l’ouverture des débats.

Related