Subscribe

Gala du FIAF : Alain Ducasse a reçu le Trophée des Arts

Le gala annuel du French Institute Alliance Française (FIAF) a vu le chef cuisinier Alain Ducasse récompensé du Trophée des Arts 2011, en présence de l’acteur américain Stanley Tucci. Le Pilier d’Or a quant à lui été décerné au chef d’entreprise Paul Desmarais Jr, le président de Power Corporation of Canada, pour son soutien financier à l’Institution.

500 invités triés sur le volet, 950 000 dollars levés et 2 récompenses. C’est le bilan du Trophée des Arts 2011 du FIAF de New York, qui  distingue chaque année une personnalité culturelle et un homme d’affaires qui ont joué un rôle dans l’échange culturel entre la France et les Etats-Unis.

Parce qu’il n’y a pas que l’opéra ou la littérature qui élèvent l’âme, la cuisine était à l’honneur cette année. Hasard ou coïncidence ? La cuisine française a officiellement acquis, l’an dernier, le statut de patrimoine culturel. Le Monégasque Alain Ducasse en sait quelque chose. Il fut un fervent soutient à l’inscription du repas gastronomique des Français sur la liste de l’Unesco, en novembre 2010.

« La cuisine est un métier extraordinaire. On ne peut pas être cuisinier si l’on n’est pas curieux. Curieux de tout. Des goûts et des produits, bien sûr. Mais aussi curieux de la façon de vivre de ses contemporains. Sincèrement désireux de les connaître et de les comprendre », a-t-il déclaré au public, duquel on aura aperçu l’ambassadeur de France aux Etats-Unis, François Delattre ou le consul général de France à New York, Philippe Lalliot.

Cuisine et dépendance

Un petit club d’autres chefs étoilés était aussi venu soutenir le chef, considéré comme le plus brillant de sa génération par ses pairs. Entre autre, le chef new-yorkais omniprésent sur la scène culinaire Daniel Boulud, le chef italien du Cirque Sirio Maccioni, l’Alsacien Jean-Georges Vongerichten ou la reine du foie gras aux Etats-Unis, Ariane Daguin. Des confrères qu’Alain Ducasse n’a pas oublié de remercier dans son discours, adressé à tous ceux qui, par leur cuisine, répandent le bonheur autour d’eux.

L’acteur Stanley Tucci (l’assistant de Meryl Streep dans Le Diable s’habille en Prada) assurait la caution glamour de la soirée. Fidèle à lui-même, l’acteur a provoqué les salves de rire du public, en avouant, dans une tentative de rédemption vite avortée, son addiction à la nourriture. « Je suis obsédé par la nourriture », a-t-il confessé. Je ne peux pas manger les étoiles d’Alain Ducasse, mais je peux apprécier ses petits plats chez Adour et Benoît. Je vais d’ailleurs sûrement m’y rendre après le diner ! », a-t-il ajouté.

Paul Fribourg a ensuite remis le Pilier d’Or au milliardaire Paul Desmarais Jr, président et co-chef de la direction de Power Corporation au Canada. Après avoir salué à son tour l’art culinaire et les traditions françaises, ce puissant homme d’affaires a levé un toast imaginaire à la France, en amateur déclaré de « bon Bourgogne ».

Les donations de la soirée, dont les fonds serviront à financer les programmes éducatifs et culturels du FIAF, ont atteint cette année la coquette somme de $950 000. De quoi prédire de beaux lendemains à l’institution française de New York, conçue comme un « pont d’excellence » entre les deux cultures franco-américaines par sa présidente, Marie-Monique Steckel.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related