Subscribe

Galerie Zürcher : l’aventure new-yorkaise d’une galerie d’art parisienne

La galerie Zürcher vient d’ouvrir un espace à deux pas de Soho à New York. Une initiative ambitieuse dans un contexte de crise qui frappe le marché de l’art de plein fouet.

De Beaubourg à Broadway. Créée il y a 17 ans à Paris, où elle est installée à deux pas du Centre Pompidou, la galerie Zürcher vient d’ouvrir une antenne new-yorkaise – nommée Zürcher Studio – sur Bleecker Street à New York.  « Depuis 1987, mon mari et moi venons régulièrement à New York », explique Gwenolee Zürcher. « À force de faire des marchés d’art aux États-Unis, nous nous sommes rendus compte que nos artistes plaisaient aussi ici ».

Un homme a joué un rôle important dans les projets new-yorkais de la galerie Zürcher : Ahmet Ertegun, le cofondateur d’Atlantic Records, label historique de Led Zeppelin et des Rolling Stones. L’homme, qui est décédé le 14 décembre 2006, a acheté plusieurs œuvres d’artistes représentés par la galerie Zürcher et encouragé Gwenolee Zürcher et son mari Bernard à ouvrir un espace à New York.

Le couple a finalement opté pour l’ancien atelier du sculpteur new-yorkais Joel Shapiro et choisi de lancer sa galerie en exposant Dan Hayes, un artiste britannique, avant d’enchaîner avec Marc Desgrandschamps, un peintre lyonnais qui est l’un des fers de lance de la peinture figurative en France. « Nous représentons beaucoup d’artistes européens », poursuit Gwenolee Zürcher. « Nous voulons aussi promouvoir les échanges entre Paris et New York. À Paris, nous exposons actuellement Brian Belott, un jeune artiste de Brooklyn qui fait un très beau travail de collage inspiré de la musique et qui a été exposé par le MoMa. Nous allons peut-être lui demander d’être le commissaire d’une exposition ici de jeunes artistes de Brooklyn ».

L’ouverture de la galerie Zürcher new-yorkaise s’inscrit dans un projet « à long terme » et n’a pas été remise en cause par la crise économique américaine, explique Gwenolee Zürcher. « Si je vous dis que 90 % des galeries n’ont rien vendu lors du dernier Armory Show, c’est vrai », poursuit-elle. « En Europe , il y a encore un peu d’air. Mais ce qui rend les choses possibles, c’est que nous avons en France une clientèle de vrais amateurs qui, quelles que soient les circonstances, achètent quand même parce que c’est nécessaire pour eux, même en temps de crise. Ici, les gens préfèrent attendre ».

Dans le contexte de récession aux États-Unis, la galerie Zürcher compte dans un premier temps sur le marché européen pour compenser le ralentissement du marché de l’art aux États-Unis. Gwenolee Zürcher décrit le travail d’implantation à New York comme « énorme » et « passionnant ». « L’avenir proche est incertain », conclut la galeriste. « Mais les Américains sont capables de rebondir assez vite », conclut la galeriste.

Infos pratiques

Exposition Dan Hays 
Jusqu’au 2 mai.

Exposition Marc Desgrandchamps, du 9 mai au 24 juin

ZÜRCHER Studio
33 Bleecker Street
New York NY 10012
P 212 777 0790
www.galeriezurcher.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Quand l’art et la mode s’allientQuand l’art et la mode s’allient La boutique Marithé et François Girbaud de SoHo au sud de Manhattan, ouverte en 2002, organise une exposition qui reprend les tendances de ses vêtements. Les visiteurs commencent à […] Posted in Culture
  • Philippe Petit capturé en équilibrePhilippe Petit capturé en équilibre Jusqu’au 16 janvier, la Clic Gallery de New York accueille une exposition sur le funambule français Philippe Petit, mêlant les dessins de l'équilibriste et des photos prises par Victoria […] Posted in Culture