Subscribe

Geneviève de Fontenay construit son concours de Miss dissident

Enchaînant sans relâche les concours de miss locales, Geneviève de Fontenay, 77 ans, construit miss après miss sa propre épreuve nationale de reine de beauté depuis sa rupture en mars avec la société Miss France, qu’elle a vendue en 2002 à Endemol.

Autorisée début juillet par la cour d’appel de Paris à lancer son concours dissident, elle a présidé samedi soir à l’élection de Miss Côte de Lumière sur l’hippodrome des Sables-d’Olonne (Vendée). Les candidates, en robes de créateur, ont défilé sur un podium devant la piste, entre deux courses de trot attelé et monté. Un mélange de genre “courant” dans le monde des miss, explique le délégué régional Bernard Pichard, partisan de poids du camp de Geneviève de Fontenay. Fidèle à sa légendaire gouaille, la dame au chapeau conseille les jeunes femmes qui doivent affronter une météo venteuse: “Avec les robes, vous avez intérêt à avoir une culotte!”.
Le 9 juillet, la cour d’appel de Paris a jugé illicite, en référé, la clause de non-concurrence avancée par la société de production Endemol et la société Miss France pour lui interdire de participer à l’organisation d’un autre concours. Un succès qui a redonné des ailes à ses alliés. Sur un peu plus de trente responsables régionaux des Miss France dans tout le pays, la moitié environ est restée fidèle à la patronne historique, “plutôt au nord de la Loire”, selon Mme de Fontenay.
Dans les coulisses, elle montre fièrement les unes de journaux qui jalonnent son tour de France depuis qu’elle est entrée en rebellion contre Endemol. “C’est la consécration, je ne m’ennuie pas, ça m’a boostée”, jubile-t-elle en reconnaissant qu’elle a bien plus de presse qu’avant cet épisode. Elle n’hésite pas non plus à montrer, devant les candidates intimidées, les pages de magazines licencieuses qui ont déclenché sa guerre de sécession avec Endemol.
Elle rappelle qu’après la plublication de photos sexuellement explicites, Kelly Bochenko, Miss Paris 2009, avait été destituée en application du règlement interne de Miss France, mais récupérée par Endemol pour la faire participer à l’émission Ferme Célébrités. D’où l’ire de Mme de Fontenay qui a décidé de créer son propre concours de beauté pour avoir “sa” miss en 2011.

Aux Sables-d’Olonne, loin du scandale, les parents de Ludivine Ricordeau, 1m82, couvent leur fille de “presque 20 ans” du regard. Elle a déjà concouru plusieurs fois à des défilés de miss, et “elle est très attachée à Mme de Fontenay”, disent-ils. L’intéressée confirme: “Si Endemol m’avait proposé de concourir, j’aurais refusé”. Ses camarades de défilé Adeline, Jennifer et Stéphanie confirment: “Geneviève, c’est les valeurs”.

Le nom de Miss France restant la propriété d’Endemol, les futurs “Miss Geneviève” n’ont pas encore de nom définitif. Un slogan peut-être: “Nous on est capable de respecter les valeurs, on se respecte”, lance Mme de Fontenay en repliant les photos de Kelly Bochenko. Les éliminatoires régionales débuteront en septembre et il y aura, comme pour l'”autre” concours, une finale en décembre.

 

Related