Subscribe

Georges de Paris, le tailleur des présidents

A un bloc de la Maison Blanche, à Washington D.C., le Marseillais Georges de Paris confectionne depuis 50 ans la garde-robe des présidents américains. Des costumes qui ont marqué l’histoire.

Sa boutique est un musée où les photographies des présidents témoignent de l’histoire américaine. Au fond de ce capharnaüm, Georges de Paris s’attèle au travail. Il prépare les costumes qui seront portés par Barack Obama, les locataires du Congrès et du Capitole. Mais aussi les ministres, les avocats et les hommes d’affaires de Washington. Marseillais, polyglotte et franc-maçon, le tailleur est devenu le tailleur officieux de la haute administration des Etats-Unis.

Son père, juge, voulait qu’il soit avocat. Mais Georges de Paris choisit la couture. Diplômé à Paris, il quitte la France à 27 ans pour la capitale américaine, suivre un amour de jeunesse. “A l’époque tout le monde rêvait de venir ici”, baragouine-t-il dans un sabir. Mais quelques jours plus tard, l’histoire d’amour tourne court et le jeune Georges se retrouve à la rue. “J’ai dormi pendant un an et demi sur des bancs publics. Je me lavais dans le Potomac”.

La tutelle de Lyndon B. Johnson

Persévérant, Georges de Paris trouve un emploi chez un tailleur de la ville, et se fait recommander auprès de celui qui n’est alors que le vice-président de John Fitzgerald Kennedy, Lyndon B. Johnson. Après l’assassinat de JFK, Lyndon B. Johnson s’installe au bureau ovale le 22 novembre 1963, et fait de Georges de Paris son artisan vestimentaire. “La première fois que j’ai parlé au président, je tremblais”, se souvient le Français qui prend depuis quatre décennies les mesures de ses clients à la Maison Blanche.

Dans son atelier ouvert en 1982, les costumes de Barack Obama côtoient ceux de Richard Cheney. Et bien que Georges de Paris évite toute affiliation politique, il ne se prive pas de répéter que les Républicains s’habillent mieux que les Démocrates. L’affaire du veston de George Bush, dans laquelle les services secrets avaient prétexté un costume “mal coupé” pour cacher le fait que le président sortant portait un gilet pare-balles pendant les débats de la campagne présidentielle de 2004, n’a pas entaché leur amitié respective. “Moi je n’ai pas de mitrailleuse, juste mes ciseaux”, lâche dans un rire imposant le tailleur, qui se targue d’avoir travaillé aux côtés de Christian Dior.

Avec sa bosse au majeur droit, fatigué d’avoir trop découpé, piqué, cousu, Georges de Paris assemble des morceaux de tissus, importés d’Italie ou de Grande-Bretagne, qui marqueront les photographies des livres d’histoire. On lui doit notamment le costume que portait Ronald Reagan, – son président préféré avec qui il discutait théâtre -, lorsque ce dernier fut victime d’une tentative d’assassinat, le 30 mars 1981. Plus récemment, en novembre dernier, c’est une de ses pièces que portait Barack Obama au sommet du G20, à Cannes.

Dans la tourmente DSK

L’été dernier, ce sont les avocats de Dominique Strauss-Kahn et Nafissatou Diallo qui ont passé la porte de son magasin. Les premiers voulaient qu’il écrive une lettre, disant qu’il n’avait jamais rencontré l’ancien patron du Fonds monétaire international. Les seconds voulaient savoir si DSK lui avait acheté un costume sur mesure de 35 000 dollars. Aux deux, Georges de Paris a refusé de répondre. “Je suis un artisan, la politique ne m’intéresse pas”, tranche-t-il.

Impeccablement habillé, dans son trois pièces retenu par des bretelles, le tailleur affiche son style classique, en montrant un revers de manche, brodés de ses initiales. “Aujourd’hui, les gens veulent trop être remarqués. Alors que le style classique va à tout le monde, les gros comme les minces, les petits comme les grands”.

Avec ses boutons de manchettes signées dans le métal de la main d’Obama et sa longue chevelure blanche, Georges de Paris, qui vient de fêter ses 78 ans, ne compte pas raccrocher de sitôt l’indétrônable mètre qu’il porte autour du cou. Il devrait même ouvrir un troisième magasin à D.C., réservé cette fois exclusivement aux femmes.

 

 

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Remariage à l’américaine, suiteRemariage à l’américaine, suite C’est avec trois jours de festivités, dans la pure tradition marocaine, pays dont le futur marié est originaire, que Cécilia Ciganer-Albéniz ex-Sarkozy et […] Posted in Education
  • Hélène Berr, une Anne Frank parisienneHélène Berr, une Anne Frank parisienne La Maison française de Washington accueille pendant une semaine une exposition consacrée à Hélène Berr, jeune étudiante de Paris qui, dans son journal, a témoigné au quotidien du sort des […] Posted in Education