Subscribe

Géraldine Nakache, une enfant de la comédie américaine

A l’occasion de la présentation du film Nous York au festival “In French with English Subtitles“, la réalisatrice Géraldine Nakache revient sur les difficultés de l’expatriation et sur la mode des comédies américaines en France.

France-Amérique : Selon vous, oublie-t-on d’où on vient lorsqu’on s’expatrie, à l’image du personnage de Leïla Bekhti dans le film Nous York ?

Géraldine Nakache : Parfois, ça nous arrange d’oublier d’où on vient. Quand tu veux avancer dans ta vie et que tu pars à New York, tu n’as pas forcément envie de te rappeler ton passé. Mais je ne crois pas qu’on oublie vraiment.

Tourner à New York pendant trois mois a dû changer votre manière d’aborder le thème de l’expatriation dans le film…

Pour les comédiens, c’est certain. Surtout que pour deux d’entre eux, c’était leur première fois à New York. Je les ai vu changer au fil du tournage. Les premiers week-ends, on se retrouvait avec toute l’équipe du film à Broadway. Mais très vite, ils ont eu besoin de faire des bouffes les uns chez les autres, comme en France. Les quatre acteurs principaux sont déjà très potes dans la vie à Paris mais j’ai senti que leurs liens se sont encore resserrés après quelques semaines de tournage. Quand tu arrives à New York, au début tu as peur. Et à un moment, tu dois te dire ‘la ville ne me marchera pas dessus, je dois faire un bloc’. Et ils ont fait bloc ensemble.

Parmi vos influences, vous citez régulièrement Kristen Wiig (Mes meilleurs Amies), Tina Fey (30 Rock) ou encore Will Ferrell (Moi, député). Ces comiques américains ne sont pourtant pas très connus en France ?

Ils commencent petit à petit à se faire un nom. En France, et surtout à Paris, c’est devenu la mode d’aimer ce type d’acteurs, très célèbres aux Etats-Unis et assez confidentiels en France. Je n’arrête pas de lire dans la presse française spécialisée que tous les films de Will Ferrel sont géniaux alors qu’il y a des navets. T’as l’impression que les journalistes ne le découvrent que maintenant. Pareil avec Judd Apatow (En cloque, mode d’emploi) qui est porté aux nues alors qu’il a fait des films merdiques. Le style d’humour de Saturday Night Live est devenu une référence en France alors que pratiquement personne n’a jamais vu un épisode complet ! C’est pas en voyant un extrait sur Youtube que tu connais tout. Moi je viens de la télévision donc Kristen Wiig et Tina Fey, je baigne dans leur humour depuis un moment. C’est mon frère qui m’a fait découvrir la comédie américaine. Il avait un deal de VHS de David Letterman et Saturday Night Live !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related