Subscribe

Google ouvre à Paris un centre de recherche et développement européen

Le géant américain de l’internet Google va ouvrir à Paris un centre de recherche et développement pour l’Europe dans le cadre d’un plan d’investissement en France, a-t-il annoncé jeudi.

Le PDG de Google Eric Schmidt, reçu à l’Elysée jeudi après-midi, “a exposé plusieurs éléments de son plan d’investissement, dont l’ouverture d’un nouveau centre de recherche et développement à Paris et la création d’un institut culturel européen”, a indiqué le groupe dans un communiqué.

“Le nouveau centre d’ingénieurs permettra d’accroître les efforts de recherche et développement en France et d’employer de nombreux ingénieurs talentueux et diplômés des universités françaises chaque année”, a noté Google.

Dans une intervention devant les étudiants de Sciences-Po puis lors d’une rencontre avec quelques journalistes, M. Schmidt a précisé que le nouveau centre de recherche emploiera pour sa première année “quelques dizaines” d’ingénieurs, peut-être une cinquantaine. Ce centre, qui devrait être opérationnel “courant 2011”, recrutera “des jeunes gens tout juste sortis de l’université”, a précisé le PDG, sans préciser où il sera implanté.

Concernant le centre culturel, l’investissement de Google devrait se chiffrer “en millions de dollars” pour la première année, mais “ce ne sont que des données de départ, nous espérons faire augmenter ces chiffres de manière significative pour la deuxième année”, a-t-il souligné. L’institut culturel s’occupera notamment de “l’accélération de la numérisation de livres, magazines et documents”, a ajouté M. Schmidt.

“Pourquoi cet investissement maintenant? Et pourquoi en France? Parce que le pays a adopté internet de façon très rapide, et que le marché de la publicité est un des plus sophistiqués. De plus, les Français aiment de plus en plus Google. C’est pour nous un moment historique. Et c’est plus qu’une opération de business”, a résumé le PDG.

Dans le cadre de ce plan d’investissement, Google va également accroître ses financements aux universités et à la recherche, proposer des formations aux entrepreneurs et développeurs français dans le secteur des nouvelles technologies, et mettre en place un programme devant permettre aux PME de “tirer le meilleur parti des nouvelles technologies pour leur croissance”.

Enfin, M. Schmidt a également affirmé qu’il n’avait pas abordé avec Nicolas Sarkozy le débat lancé en début d’année par le président français sur les revenus publicitaires des géants de l’internet, souvent implantés dans des pays aux systèmes fiscaux favorables.

L’Autorité de la concurrence avait été saisie à ce propos par le gouvernement, en février, d’une demande d’avis “concernant le fonctionnement de la concurrence dans le secteur de la publicité sur internet”. Il est attendu à l’automne. Cette saisine intervenait après que le président Sarkozy s’était inquiété, en janvier, de “l’éventuel abus de position dominante acquise par Google” sur ce marché.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related