Subscribe

Gossip girl : Hugo Becker, alias le Prince Louis Grimaldi revient dans la série

A 24 ans, le Messin Hugo Becker est l’un des seuls acteurs français à avoir intégré, en septembre 2010, le casting de la série américaine Gossip Girl. Il revient pour les cinq derniers épisodes de la saison 4, dont la diffusion reprend lundi 25 avril sur la chaîne américaine CW.

Regard opalin, pommettes saillantes, visage angélique et espiègle, à la vie comme à l’écran Hugo Becker a ce charme à la française qui fait craquer les Américaines. Et c’est justement ce petit « plus » que cherchaient les producteurs de Gossip Girl, la série à succès diffusée depuis 2008 aux Etats-Unis sur la chaîne CW (et en France sur TF1).

Après Clémence Poésy, la première Française invitée en « guest-star » pour jouer la petite amie de Chuck Bass ( Ed Westwick) au début de la saison 4, le jeune homme originaire de Metz a rejoint la bande des Upper-Eastsiders les plus chics de la télévison en septembre dernier, lorsque le tournage s’était expatrié à Paris le temps de deux épisodes.

A l’écran, il est le Prince Louis Grimaldi qui fait chavirer le cœur de la belle Blair Waldorf, alias Leighton Meester

Sélectionné par les « Talents Cannes Adami 2010 », qui lance la carrière de jeunes comédiens du cinéma français, Hugo Becker s’est alors vu offrir les services d’un agent américain. Puis une directrice de casting lui a proposé de passer les auditions pour la série new-yorkaise. « Elle m’a donné une chance, je me souviens qu’il y avait pas mal de jeunes acteurs et à l’époque, je ne connaissais pas encore trop la série », raconte Hugo. Il est vite entré dans le rôle du prince, gentleman et passionné d’art, – à l’opposé du machiavélique Chuck, amour devant l’éternel de Blair, – mais il a dû apprendre à atténuer son accent français pour le public américain.

Son interprétation a semble-t-il convaincu puisqu’il a été rappelé début 2011 pour tourner cinq nouveaux épisodes, les derniers de la saison, mais cette fois-ci à New York. «  Le rôle prend de l’ampleur », explique-t-il, sans donner plus de détails sur son retour dans l’intrigue de la série.

Hors caméra, il avoue que le rythme du tournage, de mi-janvier à mi-mars, a été très soutenu. «  Parfois, c’était difficile. Les textes arrivent souvent au dernier moment. Ce qui est sympa d’habitude sur un film, c’est qu’on a accès au personnage dans son ensemble, depuis ses origines sociales jusqu’à ses objectifs dans la vie. Là, on ne connait pas toujours le sens de ses actions sur le long terme, mais c’est aussi un challenge, ça maintient une fraicheur, et de toute façon être acteur c’est savoir s’adapter. »

Hugo Becker a toujours eu le jeu dans la peau. «  A l’école, je parlais beaucoup, je faisais le con, j’avais plutôt une nature à jouer la comédie », se souvient-il. Caméléon dans l’âme, il s’est tourné autant vers le théâtre que vers le cinéma.  Formé au conservatoire de Lille, puis diplômé du Cours Florent à Paris et de la Royal Academy of Dramatic Art de Londres, il  a d’abord exploré la scène avant de se lancer sur le petit écran dans quelques téléfilms français comme R.I.S. ou Julie Lescaut. Il est également passé derrière la caméra,  en réalisant plusieurs courts-métrages et dernièrement un clip pour le chanteur Damien Saez. « Le cinéma me fascine dans son ensemble : écriture, réalisation, lumière, son, montage, tout m’intéresse sur un film. Je ne crois pas que je ferai l’acteur toute ma vie ! »

En 2010, il est apparu dans « Toutes les filles pleurent » de Judith Godrèche. En mars dernier, on l’a vu à l’affiche de « L’assaut », le second long-métrage de  Julien Leclerc aux côtés de Vincent Elbaz et, le 13 avril dernier, on le retrouvait dans « La proie » d’Eric Valette aux côtés Albert Dupontel.

Malgré ses premiers pas remarqués aux Etats-Unis, Hugo Becker ne veut pas se contenter d’une carrière américaine. « J’ai très envie de travailler en France aussi, il y a des réalisateurs que j’admire vraiment, comme Michel Gondry, Rémi Bezançon. Mais on verra, en France ou aux Etats-Unis, dans tous les cas, c’est un milieu où il faut être bien accroché, les deux pieds au sol, et ne pas se prendre au sérieux surtout quand on débute ». Mais l’Amérique lui fait les yeux doux : on le retrouvera bientôt dans « Damsels in distress », de Whit Stillman (nominé aux Oscars en 1991 pour « Metropolitan », ndrl), dont la sortie outre-Atlantique n’a pas encore été programmée.

Note : Gossip Girl, sur CW, tous les lundi à 9 pm (heure de NY)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Hugo Becker, prince du petit écran américainHugo Becker, prince du petit écran américain A New York pour la série Gossip Girl, Hugo Becker, l'acteur français qui incarne le Prince Grimaldi, change de registre. Il interprète actuellement Antoine Lavoisier, éminent chimiste […] Posted in Cinema
  • Un nouveau frenchy dans Gossip GirlUn nouveau frenchy dans Gossip Girl Alors que la série américaine Gossip girl s'apprête à entamer sa sixième et dernière saison en septembre prochain, les producteurs ont annoncé être en train de caster un nouveau […] Posted in Cinema