Subscribe

Grâce refusée pour le condamné à mort Davis

Amnesty International France s’est déclaré mardi “révolté” par la décision du comité des grâces de l’Etat américain de Géorgie de laisser exécuter mercredi, Troy Davis, citoyen américain condamné à mort en 1991 et qui proclame son innocence.

La justice a refusé d’accorder sa grâce à Troy Davis, un Noir condamné à mort en 1989 pour le meurtre d’un policier blanc, ont annoncé mardi les médias américains, à la veille de son exécution prévue en Géorgie (sud-est des Etats-Unis). Considérant cette décision comme “un affront à la justice”, Amnesty International France estime que le comité des grâces “manque à son engagement pris en 2007 de ne confirmer l’exécution que si sa culpabilité ne fait aucun doute”.

La branche française de l’organisation de défense des droits de l’Homme exhorte le comité des grâces “à revenir sur sa décision” et “appelle Larry Chisolm, procureur du district, à faire tout ce qui est en son pouvoir afin d’empêcher le processus d’exécution mais également les autorités de l’Etat de Géorgie ainsi que les autorités fédérales américaines à demander la commutation de la peine”.

Vendredi, environ 150 personnes s’étaient rassemblées à Paris, près du Centre Georges Pompidou, en soutien à Troy Davis, à l’appel de plusieurs organisations (Amnesty International France, Action des chrétiens pour l’abolition de la torture, Ensemble contre la peine de mort, la Ligue des droits de l’Homme, le collectif Mumia Abu-Jamal, etc.).

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related