Subscribe

Grèce: l’ex-vice-président de la BCE désigné Premier ministre d’un gouvernement de coalition

L’ex-vice-président de la Banque Centrale Européenne, Lucas Papademos, 64 ans, un des artisans de l’ancrage grec à l’euro, a été chargé jeudi par le président de la République de former un gouvernement de coalition, a annoncé la présidence grecque.

“Le chef de l’Etat, sur proposition des chefs de partis politiques, a confié le mandat de former un gouvernement à Lucas Papademos”, a indiqué un bref communiqué de la présidence de la République, diffusé jeudi après plus de quatre heures de réunions des chefs de partis. “Il a été convenu que la mission du gouvernement est la mise en oeuvre des décisions du sommet de la zone euro du 26 octobre et de la politique économique liée à ces décisions”, ajoute le communiqué, à l’issue d’une réunion du Premier ministre socialiste sortant, Georges Papandréou, de son rival conservateur Antonis Samaras et du leader populiste Georges Karatzaferis. “Je suis convaincu que la participation de la Grèce à la zone euro est une garantie de stabilité monétaire, un facteur de prospérité économique, et que, malgré les difficultés, elle va aider au redressement de l’économie nationale” a déclaré M. Papademos dans sa première déclaration aux médias après avoir estimé que la Grèce était à un “carrefour crucial” face à d’énormes problèmes.

Le choix du socio-libéral Lucas Papademos, qui offre le profil rassurant d’un ancien banquier central (2002-2010) expert en questions financières et d’un Européen convaincu et averti, a été salué avec soulagement par les premiers commentateurs interrogés par les médias et devrait être bien accueilli par les partenaires européens du pays. Le communiqué de la présidence n’a par contre pas mentionné de date pour des élections anticipées, qui avaient été demandées par la droite pour participer à ce gouvernement de coalition. Le texte officiel souligne toutefois que les trois dirigeants ont “réaffirmé le cadre de l’accord” de principe conclu dimanche entre MM. Papandréou et Samaras, qui fixait ces élections aux alentours du 19 février.

Après cette annonce, le Premier ministre démissionnaire a quitté le palais présidentiel en souriant, saluant la meute de journalistes présente d’un geste de la main, suivi par son rival conservateur Antonis Samaras, également l’air détendu. Le choix de M. Papademos, également ancien gouverneur de la Banque centrale de Grèce, intervient après quatre jours d’intenses tractations entre les partis, suivies avec inquiétude par l’UE et le FMI, les créanciers du pays, qui demandaient une solution politique “claire” pour le pays au bord de la faillite. “J’espère que les partis ne vont pas tenter de raccourcir la vie de ce gouvernement mais vont au contraire l’aider à accomplir sa tâche”, a commenté à chaud le député socialiste Nassos Alevras, saluant un “choix fort”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related