Subscribe

Guantanamo sera fermé “aussi vite que possible”

Le ministre américain de la Justice Eric Holder a promis mercredi devant le Sénat que la prison de Guantanamo serait fermée “aussi vite que possible” et a répété que le lieu où seront jugés les cinq accusés du 11-Septembre serait annoncé “dans plusieurs semaines”.

Pendant une audience devant la commission judiciaire du Sénat, qui s’annonçait tendue en raison de multiples controverses entourant M. Holder ces dernières semaines, le ministre a rappelé que “notre administration a l’intention de fermer la prison de Guantanamo”.

Mais, a-t-il insisté, “une des choses dont nous avons besoin, est un site de rechange”. Il a cité la prison de Thomson, dans l’Illinois (nord) dont l’achat a été programmé dans le budget de l’administration Obama, mais que le Congrès n’a toujours pas autorisé.

“Voulez-vous dire que vous ne pourrez pas fermer Guantanamo tant que ce site n’est pas acquis ?”, a interrogé le sénateur démocrate Herb Kohl. “Oui, nous avons besoin d’une option et cela suppose que le Congrès soutienne notre demande de fonds”, a répondu M. Holder.

Le ministre a précisé que l’administration prévoyait de détenir à Thomson les 48 détenus de Guantanamo qu’elle refuse de relâcher mais qu’elle n’a pas les moyens de juger, ainsi que ceux qui seraient traduits devant des tribunaux de droit commun ou militaires d’exception (commissions militaires) et enfin ceux en attente d’être renvoyés dans leur pays d’origine ou un pays tiers.

Pressé notamment par les sénateurs républicains de se prononcer sur la polémique entourant le procès du 11-Septembre, M. Holder a assuré qu’une décision définitive serait annoncée “dans plusieurs semaines”.

M. Holder avait lui-même pris la décision d’organiser ce procès en plein coeur de Manhattan devant un tribunal civil plutôt que devant un tribunal militaire d’exception, où les accusés bénéficieraient de moins de droits.

Mais il a été désavoué par les autorités de la ville de New York puis par la Maison Blanche qui a remis sa décision en cause et pencherait pour un procès devant un tribunal militaire d’exception, comme le souhaitent les républicains qui soulignent que devant la justice civile, les accusés bénéficieraient des même droits que n’importe quel Américain passant devant la barre.

L’option “New York n’est pas complètement exclue mais nous devons tenir compte des inquiétudes des autorités locales”, a expliqué M. Holder, estimant par ailleurs qu’il était “logique” que la Maison Blanche intervienne dans ce type de dossier.

Réaffirmant à mots couverts sa préférence pour un procès devant un tribunal de droit commun, et non une commission militaire, il a assuré que “la décision serait prise en fonction de ce qui est le mieux pour le procès”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related