Subscribe

Haïti: des électeurs font le pied de grue devant les bureaux de vote

Un calme inhabituel régnait dimanche à Port-au-Prince, où les sempiternelles motos n’avaient pas le droit de circuler en raison des opérations de vote, parfois retardées par des bureaux de vote toujours fermés deux heures après le début officiel du scrutin.

Pour cette journée d’élections présidentielle et législatives, la radio Caraïbes FM, l’une des plus anciennes de l’île et des plus populaires, a chamboulé ses programmes et propose une couverture en direct. A en croire un des journalistes de la station, aucune violence, ni problème majeur n’était à signaler dans la capitale haïtienne, en grande partie rendue aux piétons. Les motos ne peuvent pas circuler et les conducteurs de voiture ont besoin d’un laissez-passer aux abords des bureaux de vote. Mais plus de deux heures après le début du scrutin (06H00 locales, 11H00 GMT), certains bureaux n’avaient toujours pas ouvert, à l’image d’un centre de vote situé sur la route de Frères, en banlieue de Port-au-Prince. “Je me suis réveillée très tôt pour venir voter”, dit Nino Nadine une femme de 30 ans.
A Pétion-ville, le bureau de l’office de l’administration des assurances, reconverti en centre de vote, n’avait lui non plus toujours pas ouvert vers 13H00 GMT. Les agents électoraux devaient finir de compter les bulletins et un mandataire et un superviseur se faisaient attendre, a indiqué un agent électoral à l’AFP. Les mandataires sont désignés par les partis pour empêcher les fraudes. Devant ce bureau, une vingtaine de Casques Bleus veillent sur l’entrée. Ils se prennent en photo, “pour Facebook”, afin d’immortaliser ce moment historique.
Casquette blanche Nike sur la tête et carte d’identité à la main, Jean Delirre attend de pouvoir voter. “On veut du changement pour le pays. Il faut que les choses fonctionnent à partir de maintenant”, dit-il en précisant qu’il n’a pas peur du choléra au moment d’aller voter. Glaudil Feguns attend depuis une heure devant la grille du bureau. “Je vais voter pour le changement, pour bien vivre. Préval (l’actuel président ndlr) ne fait rien”. Il dit son vote “secret” mais lâche: “on va essayer avec elle”, laissant entendre qu’il va donner sa voix à l’ex-Première dame Mirlande Manigat.
Pendant la campagne électoral, sur le terrain et dans les sondages, le candidat du pouvoir sortant Jude Célestin, Mme Manigat et la star de la chanson Michel Martelly semblent les mieux placés pour se qualifier pour le second tour. Au bureau de l’Hôtel de ville de Pétion-ville, bien ouvert celui-ci, les électeurs déposaient les grands bulletins de couleurs dans des urnes en plastique translucide.
“C’est important pour avoir le changement. C’est ce que j’espère”, explique Fabre Gary, 34 ans, qui attend avec une dizaine de personnes alors que les premiers électeurs viennent de déposer leurs bulletins. “Je ne pense pas qu’il y aura des fraudes, j’ai confiance dans les opérations de vote”, confie-t-il, alors que, tout au long de la campagne, les candidats se sont mutuellement accusé de fraude.
Quatre policiers haïtiens et un policier français de l’ONU veillent sur les opérations de vote, tout comme deux observatrices de l’Agence américaine pour le développement international USAID.
A l’intérieur du bureau, se trouvent trois urnes en plastique translucide. L’une porte l’inscription rouge “Depite” (député), l’autre l’inscription bleue “senaté” (sénat) et la dernière l’inscription verte “Prezidan” (président).
Les bulletins de vote pour la présidentielle sont des grandes feuilles au format A3 de couleur. Sous le sigle “Repiblik Dayiti” (république de Haïti), on trouve la photo des 19 candidats enregistrés. Sous la photo, apparaît le nom de chaque candidat en petit et, en plus gros, son numéro. A côté du numéro, il faut cocher une case ovale pour faire son choix.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related