Subscribe

Haïti: la réunion d’urgence à Montréal

Haïti aura besoin d’un soutien international “massif” pour sa reconstruction, mais souhaite prendre en mains ce travail “colossal”, a déclaré lundi à Montréal le Premier ministre haïtien Jean-Max Bellerive à l’ouverture de la réunion sur l’aide internationale à son pays.

“L’Etat haïtien est au travail dans des conditions précaires mais il est en mesure d’assurer le leadership que la population attend de lui”, a dit M. Bellerive. “Haïti a besoin de l’appui massif à moyen et long terme de ses partenaires de la communauté internationale. L’ampleur de la tâche exige que nous fassions plus, que nous fassions mieux et sans doute que nous fassions différemment”, a-t-il affirmé.

Mais “la priorité absolue dans l’immédiat est de satisfaire les besoins vitaux des victimes comme l’eau et la nourriture, abris et soins de santé”, a-t-il poursuivi. Le dirigeant haïtien a remercié tous les pays qui sont venus en aide à ses compatriotes, en citant notamment la République Dominicaine, mais aussi Cuba et le Venezuela, alors que ces deux derniers pays, qui ont dénoncé la présence militaire américaine en Haïti, ne participent pas à la conférence de Montréal.

“Je ne suis pas tout à fait à l’aise avec le terme de reconstruction”, a admis M. Bellerive. “Les actions (à venir) doivent nous permettre la relance du pays sur la voie du développement. Il ne s’agit nullement de revenir (…) à la situation qui prévalait antérieurement. Cette reconstruction touchera l’ensemble du pays et nous devons penser à relocaliser une partie de la population”.

La conférence de Montréal suit un double objectif: coordonner les efforts immédiats pour faire face aux suites du séisme meurtrier et préparer des actions à long terme, dont une conférence des pays donateurs.

Une quinzaine de pays, dont les Etats-Unis, la France, le Brésil, l’Espagne et le Mexique, ainsi que les Nations unies et plusieurs organisations internationales participent à la conférence présidée par le chef de la diplomatie canadienne, Lawrence Cannon.

S’adressant à M. Bellerive, le ministre canadien l’a assuré du soutien de la communauté internationale dans l’immédiat et aussi dans l’effort de reconstruction qui doit suivre. “Sachez que le Canada, le groupe des amis et la communauté internationale et les ONG, nous nous engageons à vous offrir notre soutien dans cette période de crise et par la suite”, a-t-il dit.

“Malgré la dévastation, il faut commencer à planifier pour donner de l’espoir”, a poursuivi M. Cannon, avant d’en appeler à “une vision commune et un plan pour une meilleure vie”. Il a souligné le rôle que devrait jouer l’Etat haïtien, y compris dans la préparation de la future conférence des pays donateurs.

“Nous devons déterminer avec le gouvernement haïtien des priorités afin d’établir un plan d’action pour le travail à accomplir. Ce plan nous permettra de préparer une conférence internationale fructueuse sur la reconstruction d’Haïti”, a dit le ministre canadien.

La secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, s’est dite “optimiste sur le fait que nous allons pouvoir mettre sur pied un plan solide”, peu avant de s’envoler pour Montréal. Les participants vont d’abord “comparer leurs notes” pour faire le bilan de la situation. Celle-ci est marquée par l’arrêt des opérations de recherche de survivants alors que le bilan dépasse peut-être 150.000 morts, selon une dernière estimation des autorités.

Ils devaient ensuite débattre de leurs objectifs à long terme. Dans ce cadre, le Canada souhaite que la rencontre permette de fixer le lieu et la date de la conférence des donateurs qui doit se tenir dans les semaines à venir.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related