Subscribe

Haïti: le paludisme menace les sans-abri, des cas chez des sauveteurs

Les centaines de milliers d’Haïtiens sans-abri après le séisme du 12 janvier sont menacés par le paludisme à l’approche du pic de la saison des pluies, et des cas ont déjà été rapportés chez des sauveteurs rentrés aux Etats-Unis, selon une enquête américaine rendue publique jeudi.

“Les personnes déplacées vivant dehors ou dans des abris de fortune ainsi que les milliers de personnel humanitaire sont sérieusement menacés par le paludisme”, affirment les Centres de contrôle des maladies américains (CDC) dans leur revue hebdomadaire.

Le tremblement de terre de Port-au-Prince, de magnitude 7, a fait plus de 220.000 morts et un million de sans-abri dans ce pays de 10 millions d’habitants, le plus pauvre des Amériques.

En Haïti, où la saison des pluies atteint son pic en mai-juin, une période favorable à la propagation du paludisme transmis par les moustiques, au moins 30.000 cas de paludisme sont confirmés par l’OMS annuellement. Toutefois, les CDC estiment qu'”il y a en fait jusqu’à 200.000 cas par an”.

Le paludisme y est causée par le parasite Plasmodium falciparum, le plus répandu en Haïti, qui provoque la forme de la maladie “la plus sévère et la plus mortelle”, précisent les CDC.

Entre le 12 janvier et le 25 février, les CDC ont répertorié aux Etats-Unis 11 cas de paludisme contractés par des voyageurs en Haïti, notamment du personnel humanitaire. Parmi eux figuraient sept sauveteurs américains dont six militaires.

Globalement, les cas de paludisme importés d’Haïti aux Etats-Unis sont sous-estimés, estiment les CDC, conscients que ceux-ci ne leurs sont pas tous signalés. En 2008, il y a eu aux Etats-unis 1.298 cas, quasiment tous importés.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related