Subscribe

Harlem Désir à la tête du PS

L’eurodéputé Harlem Désir, 52 ans, a été choisi mercredi matin par la première secrétaire Martine Aubry et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault pour diriger le Parti socialiste, face à Jean-Christophe Cambadélis, qui a aussitôt appelé au “rassemblement” derrière le vainqueur.

Après des primaires pour la présidentielle unanimement saluées pour leur caractère novateur, la procédure de désignation du chef a été critiquée jusqu’à l’intérieur du PS pour son caractère “obscur”, voire “nord-coréen”. Martine Aubry a fait part mercredi matin à la presse de son “étonnement” devant de telles critiques, assurant que le processus de succession n’avait au contraire “jamais été aussi démocratique”, grâce notamment au vote des militants, qui auront deux occasions de se prononcer, les 11 et 18 octobre, avant le congrès de Toulouse.

La décision, qui n’était plus vraiment une surprise depuis la veille, est tombée à 09h14 par un communiqué de Martine Aubry et Jean-Marc Ayrault: “notre choix s’est porté sur Harlem Désir comme premier signataire” de la motion à vocation majoritaire en vue du congrès de Toulouse. S’il reste, après ce choix, une autre étape, celle du vote des militants, celle-ci ne devrait être qu’une formalité: il y a fort à parier que cinq mois après l’élection de François Hollande, les 175 000 adhérents du PS se prononceront pour la motion Aubry-Ayrault et son premier signataire.

Dans une première réaction, Harlem Désir s’est déclaré “fier et honoré” de cette décision, plaidant pour un PS “engagé, utile et innovant”. Mme Aubry et M. Ayrault ont par ailleurs proposé le député de Seine-Maritime et fabiusien Guillaume Bachelay, 38 ans, proche de Martine Aubry, comme numéro deux. Pas de femme, donc à la tête d’un parti qui a pourtant fait de la parité un de ses chevaux de bataille, dirigé depuis 2008 par Martine Aubry.

La première secrétaire a assuré que la mise en place du “binôme” Désir-Bachelay répondait à la volonté partagée avec Jean-Marc Ayrault d’adresser un “signe de renouvellement” de l’équipe à la tête du PS. “Tout le monde était d’accord avec ce binôme” et “très vite, on a su qu’Harlem Désir avait pris de l’avance (…) Les choix se sont faits assez naturellement”, a-t-elle assuré.

Martine Aubry a indiqué au passage que M. Cambadélis serait proposé comme premier vice-président du Parti socialiste européen (PSE) lors de son congrès les 23 et 24 septembre à Bruxelles. “On a besoin des deux”, a-t-elle dit en soulignant l’expérience internationale et européenne du député de Paris. Quant à David Assouline, a précisé la première secrétaire, il reste porte-parole du PS et se verra adjoindre d’autres porte-parole après le congrès de Toulouse, qu’il appartiendra à Harlem Désir de choisir.

Martine Aubry a souligné devant les journalistes que le PS continuerait de remplir son rôle “dans un esprit d’unité” et de soutien au gouvernement. Elle a rendu un hommage appuyé à Jean-Marc Ayrault – “on a fait le travail pour la succession du PS en commun, on s’entend merveilleusement bien”. Le choix du binôme Désir-Bachelay intervient quelques heures avant l’ouverture, à 16h00 à la Mutualité à Paris, d’un Conseil national (“parlement”) du parti, qui doit enregistrer les motions du Congrès.

Martine Aubry a confirmé que Benoît Hamon, le ministre délégué à l’Economie solidaire, avait décidé “tardivement”, lundi soir, de rejoindre avec ses amis la motion de rassemblement qu’elle défendait avec Jean-Marc Ayrault. Des discussions se poursuivent toutefois autour de leurs “remarques” et “propositions”, a-t-elle indiqué. Quatre motions devraient pour l’instant être soumises au congrès de Toulouse: celle du “rassemblement” Aubry-Ayrault, celle de l’aile gauche du PS, celle du sénateur socialiste de la Nièvre Gaëtan Gorce et enfin celle de Stéphane Hessel, militant socialiste et auteur du best-seller “Indignez-vous”, qui souhaite que François Hollande montre “plus clairement où il veut aller”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related