Subscribe

Haute couture : des créateurs assagis à Paris

Les meilleures maisons de haute couture ont presenté cette semaine leur collection Automne/Hiver à Paris. Des collections qui ont su garder une touche décadente avec le New Look de Dior et les noirs et blancs de Chanel. Mais en ces temps de crise économique, c’est surtout la sobriété qui a marqué les défilés, même chez les créateurs français les plus téméraires.

Lundi, Christian Dior est retourné aux sources avec une collection spectaculaire créée par John Galliano. Celui-ci a rendu hommage au légendaire New Look de la maison, avec des jupes évasées, ornées de ceintures et brocarts et des chapeaux aux angles impossibles.

L’actrice Marion Cotillard, oscarisée pour son interprétation d’Édith Piaf dans La Vie en Rose et qui est apparue dans une série de spots publicitaires pour Dior, pouvait admirer, du premier rang, une éblouissante robe en tulle blanche.

Christian Lacroix a presenté ce qui devrait être sa dernière collection de haute couture mardi. Ce dernier, dont la société est actuellement en redresssement judiciaire, a reçu l’aide d’amis et artisans qui ont travaillé sans salaire pour créer peut-être sa meilleure collection à ce jour et de loin la plus « portable ».

Tout en dégradés de bleu foncé et de noir, la collection hiver 2010 du couturier français est caractérisée par des robes discrètes et sombres, égayées d’élégants nœuds et plis. Les modèles de Christian Lacroix arboraient aussi des vestes militaires. Tous portaient des écharpes ou chapeaux parisiens classiques. La collection a été reçue par un mélange d’applaudissements et de larmes par la foule d’afficionados. Beaucoup ont vu ce défilé comme la fin douce-amère d’un empire qui symbolisait la haute couture parisienne.

« Je ne peux pas imaginer que ce soit la fin », réagissait Lacroix après le show. « C’est le début de quelque chose, j’espère. »

Le soir, Karl Lagerfeld, pour Chanel, présentait sa collection sur une estrade couverte de bouteilles de Chanel N°5 géantes. Une collection plutôt sobre si on tient compte des standards du designer. On y trouvait de tout, des costumes aux manteaux classiques en passant par de luxueuses robes du soir.

Le plus notable élément de cette collection était un rabat, qui est apparu sur toutes les créations. Rectangulaire, ce rabat était attaché à chaque vêtement au niveau des épaules, de la taille ou des hanches, apportant parfois un contraste avec les tissus ou les couleurs.

Les modèles de soirée, classiques, se déclinaient entre tenue de soirée et robes plus longues, avec un croisement entre structure et féminité, la signature classique du noir et blanc Chanel.

En cette saison que Women’s Wear Daily a qualifié « dans les limbes », Jean-Paul Gauthier a quant à lui livré une collection toute en beauté et élégance pour le dernier jour, rappelant les costumes portés dans d’anciens films hollywodiens. Plusieurs critiques ont cependant remarqué que la collection de Gauthier manquait du petit quelque chose électrique typique de sa marque.

À l’instar de ses pairs, le couturier a joué la carte de la prudence en attendant que les limbes ne redeviennent le paradis – ou l’enfer – de la mode.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related