Subscribe

Hillary Clinton: les Etats-Unis sont “une partie du problème” du trafic de drogue

La secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, a reconnu vendredi au Guatemala que les Etats-Unis constituaient “une partie du problème” du trafic de drogue en Amérique latine.

“Nous savons que nous sommes une partie du problème”, a-t-elle déclaré à la presse à Guatemala, la capitale du petit Etat d’Amérique centrale, en réponse à une question sur les mesures que Washington comptait prendre contre la demande de drogue aux Etats-Unis.

Les Etats-Unis sont le premier consommateur mondial de stupéfiants, et notamment de cocaïne, dont la totalité de la production provient d’Amérique latine.

Les cartels de la drogue se disputent le contrôle du trafic à destination des Etats-Unis et leur rivalité sanglante a fait 15.000 morts ces trois dernières années au Mexique, en particulier le long des 3.000 km de la frontière américano-mexicaine.

La lutte contre les cartels lancée par les gouvernements de la Colombie et du Mexique a poussé les trafiquants à développer leurs activités ces dernières années en Amérique centrale, relativement épargnée jusqu’alors.

Mme Clinton a déclaré jeudi à San José de Costa Rica que les Etats-Unis allaient aider davantage la sous-région à lutter contre le trafic de drogue, dans le cadre de leur plan régional dit de “l’Initiative de Merida”.

“Nous augmentons l’aide destinée à l’Amérique centrale” parce que “nous sommes conscients de son besoin de ressources complémentaires”, a expliqué Mme Clinton.

“L’Initiative de Merida”, votée en 2008 par le Congrès des Etats-Unis, prévoyait à l’origine une aide de 1,6 milliard de dollars sur trois ans à la région, dont 1,4 milliard au Mexique, et le reste à l’Amérique centrale et aux Caraïbes.

L’enveloppe totale a été ramenée depuis à 1,3 milliard de dollars, dont 1,1 milliard ont déjà été approuvés pour le Mexique, selon Washington.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related