Subscribe

Hollande à la recherche de moyens pour moderniser la France à l’horizon 2020

Après avoir convié à l’Elysée une partie du gouvernement pour un séminaire de trois heures sur les investissements d’avenir François Hollande s’est rendu jeudi en Gironde où il devait exposer sa stratégie pour moderniser la France à l’horizon 2020.

Après une série de visites, le chef de l’Etat devrait tracer les perpectives lors d’une allocution en fin d’après-midi, vers 17h. Lors de ses voeux de Nouvel an le 31 décembre, le chef de l’Etat avait annoncé avoir demandé au gouvernement de “proposer une stratégie d’investissements publics comme privés pour moderniser la France à l’horizon 2020”. “Pour préparer l’avenir, notre pays a besoin d’investir dans tous les domaines; dans nos filières industrielles et agricoles, dans le logement, dans l’environnement, dans la santé, dans la recherche, dans les nouvelles technologies”, avait-il déclaré dans son allocution radio-télévisée.

Jeudi, le gouvernement est passé aux travaux pratiques : Jean-Marc Ayrault et une dizaine de ses ministres ont planché pendant trois heures autour du président de la République sur ce thème, un des piliers de la politique de François Hollande pour relancer la croissance et l’emploi. Etaient également présents Louis Gallois, le directeur général de la nouvelle Banque publique d’investissement (BPI), Nicolas Dufourcq, le directeur général de la Caisse des dépôts, Jean-Pierre Jouyet, et Henri Emmanuelli, président de la commission de surveillance de la Caisse des dépôts (CDC).

L’objectif n’est pas de dégager de nouvelles enveloppes budgétaires mais plutôt de redéployer. “Tout l’enjeu, ce n’est pas d’aller chercher des investissements nouveaux, nous n’en avons pas à notre disposition sur le plan budgétaire, mais de mieux mobiliser ce qui existe déjà”, a expliqué le président Hollande à Pessac dans une PME, Amplitude Systèmes, spécialisée dans les systèmes laser.

“On ne croit plus du tout à la dépense publique massive pour traiter des sujets d’investissements”, a résumé un conseiller de l’Elysée, faisant valoir que “ce serait complètement incohérent avec les mesures de consolidation et de redressement budgétaire qui sont en cours”. “La philosophie, c’est d’abord de recentrer sur des priorités l’argent public. Ensuite de définir le cadre d’investissements communs public/ privé autour de quelques thématiques avec un calendrier très ferme et précis: sur le logement, la rénovation thermique, les infrastructures de transport et le numérique (le haut débit)”

La question c’est de savoir “comment on prépare l’avenir de la France, en période de disette budgétaire”, a-t-on ajouté à l’Elysée où l’on évoque la possibilité de consacrer aux investissements d’avenir 2 milliards des 35 milliards d’euros du grand emprunt . M. Ayrault a précisé sur le perron de l’Elysée: “Nous avons fait un bilan complet de la question” des investissements d’avenir, “défini une méthode et précisé les priorités”, à savoir le logement, “la transition énergétique, avec le programme d’économies d’énergie et d’isolation thermique (…) et puis la transition numérique”.

Il a confirmé que le gouvernement présenterait en février sa feuille de route numérique, avec comme objectif le déploiement d’ici à dix ans du très haut débit sur l’ensemble du territoire. M. Ayrault a aussi promis une meilleure mobilisation de l’épargne des Français pour la construction de logements sociaux et privés. “Quand vous habitez dans une ville (…) et que vous voyez des logements se construire, vous voyez des résultats concrets”, a-t-il dit. “Ce que nous voulons voir, ce sont des chantiers, des choses concrètes”, a résumé le Premier ministre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related