Subscribe

Hollande à la rencontre des Français d’Amérique

Entre Barack Obama, le sommet de l’Otan et le G8, le nouveau président est allé à la rencontre des Français à l’ambassade de Washington.

Malgré un vote très largement en faveur de Nicolas Sarkozy (60%), les Français d’Amérique ont réservé un accueil des plus chaleureux au président Hollande, de passage vendredi à l’ambassade de France de Washington avant de se rendre au sommet du G8 à Camp David puis au sommet de l’Otan à Chicago.

De la communauté française locale, ils étaient plus de 2 000 à avoir fait le déplacement pour rencontrer le nouveau chef de l’État qui a pris la parole dans une Maison Française aussi comble que ravie de voir, en chair et en os, un François Hollande apparemment lui aussi très heureux d’être là.

Retrait militaire d’Afghanistan

Soulignant “l’importance des relations entre la France et les Etats-Unis”, deux pays “toujours ensemble dans les moment les plus intenses de l’histoire”, François Hollande est revenu sur les sujets abordés quelques heures auparavant avec le président Barack Obama, puis en conférence de presse devant plus de 80 journalistes français.

Outre les “multiples menaces” que constituent la Syrie, l’Iran et la zone du Sahel, le problème du réchauffement climatique et la crise de la zone euro, François Hollande a réaffirmé sa volonté de retirer “les troupes combattantes françaises” d’Afghanistan d’ici la fin 2012. Avant de préciser que la France poursuivrait sa participation à l’ISAF (la mission de l’Otan en Afghanistan) et restait “disponible” pour d’autres opérations, qui pourraient être menées “dans le cadre des Nations Unies”, notamment en Syrie.

Scolarité et Lycées Français

Dans un registre concernant plus directement les Français d’Amérique, le nouveau président est revenu sur la prise en charge par l’État des frais de scolarité des Lycées Français – privés – de l’étranger. Opposé à cette mesure controversée (coûtant plus de 60 millions d’euros annuels) décidée par Nicolas Sarkozy, François Hollande a ironisé sur “le lycée rendu gratuit pour certaines classes”, soulignant “l’ambiguïté du mot”. Un système de bourses remplacera la gratuité actuelle, a-t-il annoncé sous les applaudissements.

Après la Marseillaise de rigueur, c’est à une autre tradition, un peu moins formelle, que le chef de l’État s’est plié : le bain de foule. Très sollicité, François Hollande n’a, semble-t-il, refusé aucune photo. Le reste de son séjour sera moins décontracté puisque c’est au milieu de la chancelière allemande Angela Merkel, du Premier ministre russe Dmitri Medvedev et du président afghan Hamid Karzaï que le président français devra prendre la pose.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related