Subscribe

Hollande, à l’offensive, annonce 100 000 formations prioritaires pour l’emploi

François Hollande a de nouveau sonné la mobilisation du gouvernement contre le chômage, lors d’un déplacement éclair mardi à Dunkerque, où il annoncé que le nombre de formations prioritaires pour l’emploi s’élèverait à 100 000 en 2014.

“La bataille pour l’emploi, c’est l’enjeu majeur pour le pays, c’est la première préoccupation de nos compatriotes, c’est la première priorité du gouvernement et c’est ma première volonté de faire en sorte qu’il y ait cette inversion de la courbe du chômage à la fin de l’année”, a martelé le chef de l’Etat, à l’issue d’une table ronde à la Communauté urbaine de Dunkerque. “Je sais que les prévisions ne sont pas forcément conformes à mon engagement, mais justement l’engagement, ça consiste à ne pas valider les prévisions. Sinon pourquoi être aux responsabilités ?”, a-t-il fait valoir, alors que les prévisionnistes de l’OCDE restent pessimistes pour l’emploi en France jusqu’en 2014.

Le président s’est ainsi dit déterminé à prendre “par les cornes” le problème récurrent des emplois non pourvus. “C’est devenu la tarte à la crème, mais la crème a un peu tourné depuis le temps qu’on entend ce constat”, a-t-il noté. Il s’est engagé à porter à 100 000 le nombre de formations aux emplois vacants en 2014. D’ici la fin de l’année 2013, le gouvernement prévoit d’en créer 30 000. 70 000 autres s’y ajouteront donc l’année suivante, a détaillé M. Hollande.- Au total, le gouvernement comptabilise entre 200 000 et 300 000 emplois non pourvus en France faute d’adéquation entre l’offre et la demande.

“Former aux métiers de demain”

Cette initiative est à la fois “une urgence” et “un enjeu de croissance”, a souligné le chef de l’Etat. Selon lui, “il ne s’agit pas simplement de faire diminuer le nombre de demandeurs d’emplois”, mais de “regarder quels vont être les emplois à 10 ans”. Car l’enjeu, c’est de “construire un appareil de formation pour former aux métiers de demain”. Le plan de “formations prioritaires pour l’emploi” pour 2013 avait été annoncé le 21 juin à la conférence sociale par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Il est doté de 185 millions d’euros.

Accompagné du ministre du Travail Michel Sapin, François Hollande avait entamé son déplacement, concentré sur une matinée, par la visite de deux entreprises, AstraZeneca (Pharmacie) et CMP Dunkerque, deuxième entreprise de chaudronnerie française. Avant de repartir, il a parrainé la signature de trois emplois d’avenir et d’un contrat de génération. A la veille de la publication des chiffres du chômage pour le mois de juin, le président entendait montrer que sur le terrain de l’emploi, le gouvernement “ne lâche rien pendant l’été”, selon les termes de ses conseillers. “La bataille de l’immédiat, l’inversion de la courbe du chômage, ce n’est pas pour dans trois ans c’est pour dans quelques mois”, a lui-même lancé Michel Sapin.

Concernant les autres leviers contre le chômage, le président de la République a confirmé que les emplois d’avenir, destinés aux jeunes peu ou pas qualifiés, s’élevaient déjà à 40 000, ce qui permettra, selon lui, “d’atteindre l’objectif de 100 000” à la fin de l’année. Pour les contrats de génération, “nous avons bon espoir d’atteindre là aussi l’objectif, même si ce sera plus long”, a reconnu le chef de l’Etat soulignant notamment que ces contrats étaient “conditionnés à des accords de branche. L’exécutif a prévu 75 000 contrats d’ici à mars 2014 pour ce dispositif qui consiste à embaucher un jeune tout en conservant un senior.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related