Subscribe

Hollywood à Toulouse : les promoteurs à nouveau reçus cet automne par l’Etat

Les promoteurs du projet d’implantation de studios cinématographiques américains sur une ancienne base militaire près de Toulouse seront reçus une deuxième fois cet automne par les représentants de l’Etat, a indiqué le préfet jeudi.

L’avocat et l’architecte français qui disent agir au nom des studios hollywoodiens Raleigh ont déjà été reçus le 8 juin à la préfecture.

“Nous leur avons fait part du cahier des charges, (…) on a pris un rendez-vous pour le début de l’automne”, a déclaré le préfet de Midi-Pyrénées Henri-Michel Comet.

Les mandataires présenteront alors une version plus étoffée du projet, un “processus ordinaire” pour ce type d’implantation, a dit le préfet à l’occasion d’une visite du ministre de la Ville Maurice Leroy.

L’Etat sera “réactif” et oeuvrera discrètement pour favoriser l’émergence de ce projet, s’il est conforme à la loi française, a dit le ministre.

“Pour vivre heureux, il faut vivre caché quand il y a autant d’emplois en jeu”, a dit le ministre.

L’avocat Jacques Lavergne et l’architecte Bruno Granja ont causé la sensation et beaucoup de scepticisme quand ils ont annoncé début juin que Raleigh Studios voudraient reconvertir une partie de l’ancienne base de l’armée de l’air de Francazal, dans la banlieue de Toulouse. Il y a à la clé 80 millions d’euros d’investissements et la possibilité de 6.000 emplois directs et indirects, disent-ils.

Passé les premiers moments d’incrédulité, l’idée a reçu des soutiens prudents dans les milieux économiques ou politiques où elle est envisagée comme une chance de diversification pour une région dépendante de l’industrie aéronautique et aérospatiale.

La base 101 a été désaffectée en 2010 et la préfecture conduit sa reconversion, avec l’intention d’en faire un aérodrome d’affaires et d’y implanter des activités de soutien à l’aéronautique.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related