Subscribe

Home, le cri écolo de Yann Arthus-Bertrand

À l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement,  Home, le premier film du photographe Yann Arthus-Bertrand coproduit par Luc Besson, est sorti simultanément dans 70 pays, sur tous les supports : cinéma, télévision, internet et DVD. Une première mondiale pour une cause planétaire.

Le célèbre photographe français Yann Arthus-Bertrand pousse un cri d’alarme écolo dans son premier film intitulé Home. Ce long métrage de 90 minutes dresse le constat pessimiste du réchauffement climatique, de l’épuisement des ressources et de l’extinction des espèces.

La caméra aérienne a parcouru 54 pays en 217 jours pour offrir des vues panoramiques qui rappellent l’ouvrage à succès du photographe La Terre vue du ciel. « Le mouvement donne un sens nouveau à l’image», témoigne le producteur Luc Besson. Derrière les sublimes paysages se cachent surtout un message citoyen. « Mon intention est d’attaquer le problème écologique sous l’angle de la beauté du ciel », explique Arthus-Bertrand. Home entend faire prendre conscience à la population mondiale des dangers qu’encourt la Terre sans pour autant donner de sentiment de culpabilité. D’après Luc Besson, l’équilibre est délicat. « Il faut trouver le juste milieu entre le beau et le didactique », explique-t-il. « C’est une vraie mission, dans laquelle nous nous devons d’être généreux envers le spectateur».

À six mois du sommet de Copenhague où la communauté internationale espère aboutir à un accord pour enrayer les effets dévastateurs du réchauffement climatique, la sortie du film prend une coloration politique. « Nous sommes très investis dans cette manifestation. Nous allons d’ailleurs y projeter des extraits de Home », précise Arthus-Bertrand. Pour sensibiliser le maximum de personnes à l’environnement, Yann Arthus-Bertrand a pu compter sur des soutiens de poids. Comme la collaboration avec Luc Besson… « Quand Arthus-Bertrand est venu me proposer de travailler avec lui, je me suis senti utile », assure-t-il. La notion d’écologie est pour lui une priorité. « Nous n’avons pas les moyens de quitter la planète. Si le bateau prend l’eau, nous coulons ensemble », annonce-t-il, glacial.

Les voix off didactiques et un brin alarmistes du documentaire sont celles de l’actrice américaine Glenn Close pour la version anglaise et de Jacques Gamblin pour la version française. Tous deux l’ont fait gratuitement. « J’avais d’abord songé à Sean Penn mais cela n’a pas abouti », précise le réalisateur. Luc Besson et Denis Carot ont eux accepté de produire le film. En ce qui concerne le financement, le grand patron de PPR François-Henri Pinault a investi dix millions sur les 12 millions d’euros de budget du long métrage. Une collaboration étonnante mais qui permet au photographe de distribuer son film dans toutes les FNAC (le premier revendeur de DVD en France et qui appartient à PPR). « Les gens se sentent vraiment concernés par le sujet. Il y a une prise de conscience grandissante du problème écologique. C’est ce qui nous permet de diffuser simultanément le film au cinéma, à la télévision et sur Internet », ajoute Arthus-Bertrand. Le DVD ne devrait pas dépasser les 10 euros.

Pour la diffusion sur le web, Google et Youtube sont les principaux partenaires. France 2 retransmettra une version courte de Home. Outre les salles de cinéma où les tickets seront à deux euros en France, des projections sur grand écran seront organisées gratuitement à travers le monde comme à Londres, Paris et à New York.

Avec cette diffusion massive, Home s’annonce comme un événement planétaire à la hauteur de la cause qu’elle défend. « Nous n’avons plus le temps d’attendre », conclut Arthus-Bertrand.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related