Subscribe

Hommage au flûtiste Philippe Gaubert à New York

L’œuvre de Philippe Gaubert (1879-1941) va renaître lors d’une série de concerts exceptionnels à New York dans le cadre du projet « Gaubert Vivant ! ». Un hommage à la hauteur du génie de cet inventeur de la flûte moderne française.

Soixante-dix ans après sa disparition, le nom de Philippe Gaubert, l’homme qui a dirigé de sa baguette l’orchestre de l’Opéra national de Paris pendant 25 ans, est à nouveau sur les lèvres. Restreint jusqu’ici aux cercles d’initiés, il sera à l’affiche du prestigieux Carnegie Hall de New York en janvier 2011.

A l’initiative d’Yvette Poiré-Gaubert, la belle-fille du musicien, le projet «Gaubert Vivant!» poursuit le pari fou de faire jouer l’œuvre originale du maître sur son instrument d’époque pour la première fois depuis 80 ans. Le flûtiste français Nicolas Duchamp a la lourde tâche de remettre l’héritage de Philippe Gaubert au goût du jour. Il demeure, avec la petite-fille du musicien, la seule personne autorisée à jouer de cette flûte historique.

« C’est un immense honneur !», témoigne Nicolas Duchamp, formé précocement par les maîtres de l’Ecole de flûte française (Jean-Pierre Rampal, Maxence Larrieu, Georges Alirol, etc.) et qui joue régulièrement en Amérique du nord. « La première étape a été de faire restaurer par un spécialiste à Paris la flûte en argent massif Louis Lot, qui date de 1874. Cela a nécessité plusieurs centaines d’heures de travail, explique-t-il. Ce n’est pas rien, cette flûte est une vieille dame… C’est un peu l’équivalent du Stradivarius pour le violon ! », plaisante-t-il.

La flûte ainsi rénovée avait été entendue pour la dernière fois lors du concert de Philippe Gaubert avec Maurice Ravel, en 1930. Elle reproduira les notes de légende dans la bouche de Nicolas Duchamp, au Carnegie Hall de New York, ainsi que dans une centaine d’autres salles, Alliances Françaises, universités et écoles de musique franco-américaines. Le flûtiste sera accompagné pour l’occasion par la célèbre pianiste américaine Barbara McKenzie, afin de restituer à la perfection la signature Gaubert dans ses œuvres pour flûte et piano. La résurrection a débuté  à l’Atlanta Spivey Hall le 31 Octobre 2010, et va se  poursuivre au Carnegie Hall de New York, le 22 Janvier 2011, et au New York Flute Club le 23 Janvier 2011.

www.carnegiehall.org

www.nyfluteclub.org

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related