Subscribe

”I am Lanzmann, I am the man”

Claude Lanzmann était l’invité de Charlie Rose, mardi 20 mars, pour présenter la version anglaise de ses mémoires, The Patagonian Hare, à la Maison Française de l’Université de Columbia.

Pendant un peu plus d’une heure, Claude Lanzmann est revenu sur les événements marquants de sa vie. Ses vies, devrait-on dire. Dans ses mémoires, il raconte ses combats, de l’Occupation à la guerre d’Algérie, et le tournage douloureux de son documentaire fleuve de plus de neuf heures sur l’Holocauste, Shoah.

Dans un anglais parfois hésitant, aux accents bien français, c’est un témoignage à la fois drôle et poignant qu’offre Claude Lanzmann à son audience. La salle comble s’emplit d’éclats de rire à l’évocation de ses anecdotes de vie, notamment avec Sartre, son ami fidèle, et Simone de Beauvoir. Quand Charlie Rose lui demande ce qui lui a plu chez son épouse, Claude Lanzmann répond, laconique : “Elle avait de très belles narines”. Lorsqu’il raconte sa rencontre avec Sartre, il se rappelle (en anglais) s’être présenté de façon théâtrale : “I am Lanzmann, I am the man”.

D’autres souvenirs, plus sombres, plongent le public dans la réflexion. Car inlassablement au cours de son témoignage, Claude Lanzmann revient sur son expérience de l’Holocauste et sur son film Shoah : “Shoah n’est pas un film sur les survivants, c’est un film sur la mort. Si j’avais pu ne pas donner de nom à mon film, je l’aurais fait. Il n’y a pas de nom à donner à ce qui s’est passé”. Claude Lanzmann semble toujours habité par la mort, la violence et la torture. Quand Charlie Rose le questionne sur les raisons de cette obsession, il est cinglant : “Je hais la mort. C’est un scandale absolu. Il n’y a pas de mort naturelle. Chaque mort est violente.”

Sur l’écriture de ses mémoires, l’auteur reste évasif : ”C’était un cheminement vers la découverte de moi-même. Vous savez, entre le moment où j’ai dicté la première page et celui où j’ai dicté la deuxième, il s’est écoulé près d’un an”. Brièvement interrogé par France-Amérique sur la tuerie récente à Toulouse, Claude Lanzmann ne répondra que ceci : “Je n’ai rien à dire, à part que c’est tout simplement affreux.”

La présence de l’écrivain et résistant à la Maison Française de Columbia s’inscrit dans la continuité d’une programmation qui s’est toujours intéressée aux travaux d’écrivains, historiens, politologues, sociologues, cinéastes ou théoriciens francophones. “Pour nous, sa venue était un moment vraiment important”, témoigne Lindsey Long, coordinatrice de la programmation de la Maison Française à l’Université de Columbia. “Accueillir une personnalité aussi centrale dans la communauté intellectuelle française et dans l’histoire de la Résistance et de la Shoah signifiait beaucoup, surtout parce que la Maison Francaise a déjà accueilli Jean-Paul Sartre en 1946 et plus récemment Stéphane Hessel, en septembre dernier.”

Si certains membres du public regrettent le cadre de l’émission de télévision et le choix du présentateur Charlie Rose, tous sortent touchés par le  témoignage de Claude Lanzmann. “Je ne partage pas toutes ses idées mais je respecte profondément sa personne”, conclut Masha Leon, chroniqueuse pour le quotidien juif The Forward.

A noter :

Claude Lanzmann sera à l’Université de Harvard le vendredi 23 mars à 18h à l’occasion du Harvard Colloquium for Intellectual History. Shoah fera également l’objet d’une projection au BAM Rose Cinemas le dimanche 25 mars à partir de 13h, et une séance de dédicaces sera organisée avec Claude Lanzmann durant une pause à 18h.

L’émission de Charlie Rose du mardi 20 mars avec Claude Lanzmann sera diffusée d’ici quelques semaines sur PBS.

The Patagonian Hare, a memoir, traduit du français par Frank Wynne et publié par Farrar, Straus and Giroux. 544 pages, $35.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Lhermitte et Timsit mettent leur amitié en jeu à New YorkLhermitte et Timsit mettent leur amitié en jeu à New York La pièce Inconnu à cette adresse, succès parisien qui réunit Thierry Lhermitte et Patrick Timsit, sera jouée pour la première fois aux Etats-Unis au Fiaf de New York mercredi 23 avril. […] Posted in Culture
  • Pierre PaulinPierre Paulin Extrait de France-Amérique n°16 spécial fêtes, du 19 décembre 2007 au 1er janvier 2008. Le designer français fête ses 80 ans cette année. Une exposition lui rend hommage aux services […] Posted in Culture