Subscribe

Impopularité record pour Nicolas Sarkozy depuis son élection

Nicolas Sarkozy a atteint un niveau d’impopularité record en octobre, avec 31% d’avis favorables, en chute de 3 points par rapport à septembre, selon le baromètre Ipsos pour Le Point à paraître jeudi.

La tendance est la même pour François Fillon qui perd aussi 3 points à 43%. Après plusieurs semaines de bras de fer sur la réforme des retraites, 31% des personnes interrogées se déclarent favorables à l’action de Nicolas Sarkozy en tant que président de la République, contre 65% (+3) qui se déclarent défavorables. 4% ne se prononcent pas. Selon Ipsos, les jugements à l’égard du chef de l’Etat n’ont jamais été aussi bas dans son propre camp : 71% d’avis favorables chez les sympathisants UMP, en baisse de 5 points par rapport au mois dernier et de 15 points depuis juillet. Les bonnes opinions chutent également chez les retraités (-8 points à 38%), et chez les proches du Front National (-22 points, 30%). “Nicolas Sarkozy a perdu aujourd’hui auprès de l’électorat frontiste tous les gains réalisés depuis le discours de Grenoble”, écrit l’institut.

Avec 43% d’avis favorables (-3 points) contre 50% d’avis contraires (+4 points), le Premier ministre “n’est qu’à un point de son plus mauvais résultat”, en janvier 2009, écrit l’institut. Comme en septembre, le baromètre reste mal orienté pour les personnalités de la majorité, tandis que la dynamique favorable à la gauche s’estompe, souligne Ipsos. 25 des 32 personnalités testées dans le baromètre affichent un solde d’image en recul. Parmi les baisses significatives, Bernard Kouchner cède 6 points (49% d’avis favorables), perdant notamment le soutien à droite après l’affaire de sa supposée lettre de démission. Bertrand Delanoë recule de 5 points (53%) après l’accord passé par la Mairie de Paris au sujet des emplois fictifs. L’image d’Eric Woerth continue de se dégrader (24%, -3 points). Dominique Strauss-Kahn perd aussi trois points (53%). Depuis juin, il cumule une baisse de 12 points. Cette baisse, écrit Ipsos, est sensible surtout chez les sympathisants UMP qui le perçoivent de plus en plus comme un adversaire pour 2012 (-7 points en octobre, -23 en trois mois).

Rama Yade retrouve la première place du palmarès des leaders politiques grâce à un gain de 2 points d’avis favorables (54%). Michèle Alliot-Marie récupère une partie des points perdus le mois dernier (48%, +3). Elle retrouve la tête du palmarès établi par les sympathisants UMP (77%, +5). Sondage réalisé les 8 et 9 octobre par téléphone auprès d’un échantillon national représentatif de 961 personnes âgées de 18 ans et plus (méthode des quotas).

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related