Subscribe

“Indignez-vous !”, le cri de ralliement de Stéphane Hessel

Avec un tirage de plus de 800 000 exemplaires, “Indignez-vous !” de Stéphane Hessel est devenu, bien plus qu’un succès exceptionnel de librairie, un phénomène de société, une vague de fond qui semble cristalliser le malaise des Français et bien au-delà.

Tiré à 8.000 exemplaires lors de sa sortie le 20 octobre, le livre de Stéphane Hessel, ancien ambassadeur et résistant de 93 ans, caracole depuis en tête des ventes, devançant le Goncourt de Michel Houellebecq. “La demande s’amplifie encore, nous lançons un nouveau tirage de 300 000 exemplaires pour atteindre maintenant plus de 800 000”, se réjouit Jean-Pierre Barou, qui dirige avec Sylvie Crossman la petite maison d’édition Indigène, qu’ils ont fondée en 1996 à Montpellier.
Cet opus de 24 pages, vendu 3 euros, “est très critique vis-à-vis du gouvernement et a rencontré l’indignation d’une grande partie des Français. C’est un cri de ralliement dû à un sursaut moral, presque un nouvel Appel du 18 juin !”, s’enflamme-t-il. “C’est exceptionnel, sans précédent, bien au-delà d’un succès de librairie. C’est un phénomène de société, une vague de fond, le message qu’attendaient les Français”, dit à l’AFP cet ancien militant de la Gauche prolétarienne qui a participé à la fondation du quotidien Libération avant de devenir éditeur au Seuil.
“Vive les citoyens et les citoyennes qui savent résister !”, lance Stéphane Hessel dans des voeux pour 2011 publiés jeudi par Mediapart. “N’attendons pas. Résistons à un président dont les voeux ne sont plus crédibles”, déclare-t-il. L’effet Hessel dépasse largement les frontières de l’Hexagone. Son éditeur reçoit des appels du monde entier et des traductions sont en projet avec la Slovénie, l’Italie, le Liban, la Corée du sud, le Japon, les Etats-Unis.
Pour le philosophe et sociologue Edgar Morin, “c’est le réveil public d’un peuple qui était jusqu’à présent très passif”.

Bientôt centenaire mais indigné comme à vingt ans, Stéphane Hessel dénonce dans son livre l’écart grandissant entre les très riches et les très pauvres, le traitement fait aux sans-papiers et aux Roms, la dictature des marchés financiers, les acquis bradés de la Résistance comme la Sécurité sociale et les retraites.
Justement, les manifestations contre la réforme des retraites, le malaise des enseignants, des salariés, les multiples formes de la désobéissance civile : “tout cela marque un climat dans lequel ces vingt pages simples mais relativement fortes sont reçues comme un message d’espoir”, analyse l’auteur dans un entretien récent aux Inrocks. “Ce qui me redonne un peu d’espoir, c’est la façon dont la gauche française retrouve un certain souffle”, ajoute-t-il. 
Pour Jean-Pierre Barou, “l’indignation de Stéphane Hessel passe par la raison, elle n’est pas épidermique comme celle d’un Eric Cantona et son appel à vider les banques”.
“Ce livre arrive à un moment où les gens attendaient un guide, un message. Ce qu’il dit, c’est tout n’est pas foutu, il faut réagir !”, dit Jean-Marie Sevestre, patron de la librairie Sauramps à Montpellier, qui vend “de 300 à 400 exemplaires du livre par jour”. Né en 1917 à Berlin, naturalisé français en 1937, Stéphane Hessel a été résistant, déporté, membre du Conseil national de la Résistance et l’un des rédacteurs de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948. Il est le fils d’Helen Grund-Hessel, héroïne du roman Jules et Jim.
Il a soutenu Michel Rocard en 1985, s’est présenté l’an dernier sur les listes d’Europe Ecologie et soutient aujourd’hui Martine Aubry, dont il est un ami, et qui a lu son livre avec intérêt.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related