Subscribe

Interdiction du foie gras en Californie : la France n’ira pas devant l’OMC

La France écarte un recours judiciaire devant l’OMC contre la loi californienne de prohibition du foie gras, et mènera “une bataille de conviction politique, économique et culturelle”, a déclaré lundi le ministre délégué à l’Agroalimentaire, Guillaume Garot, devant la filière foie gras dans le Gers.

Venu apporter son soutien à “ce fleuron du patrimoine français” dans une conserverie de foie gras de Samatan puis lors d’une table-ronde avec l’interprofession du foie gras à Auch, le ministre a souligné que le gouvernement allait multiplier les actions pour “soutenir les efforts d’exportation des professionnels”. “Déposer un recours devant l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ne serait pas la bonne solution, on risquerait de le perdre et d’avoir des mesures de rétorsion”, a expliqué M. Garot devant les professionnels réunis à la préfecture.

Il a notamment rappelé que la France représentait près de 90% de la production et de la consommation mondiales de foie gras, ce qui rendait illusoire de “faire valoir un préjudice” dû à l’interdiction californienne. Cette loi est pourtant, selon lui, “un signal d’alerte” illustrant la puissance des lobbies anti-foie gras et anti-viande “extrêmement puissants aux USA et dans le monde anglo-saxon”, qui mènent campagne contre le gavage sous prétexte de bien-être animal.

“Il faut réagir maintenant, donner un coup d’arrêt à cette évolution pour éviter que la loi californienne face tache d’huile”, a ajouté M. Garot qui entend mener “un travail de conviction”. “Nous devons d’abord convaincre nos amis américains qu’ils font fausse route”, a déclaré le ministre qui va prochainement rencontrer l’ambassadeur des Etats-Unis et qui s’est prononcé pour une action similaire dans l’Union européenne.

Il a notamment indiqué qu’il participerait le 16 octobre à “une exposition pédagogique” organisée au Parlement européen de Bruxelles par la députée socialiste européenne du Sud-Ouest, Françoise Castex. Le ministre a aussi promis que le gouvernement ferait rapidement “un inventaire des barrières sanitaires à l’exportation” et qu’il aiderait la filière, forte de 35 000 emplois, “à gagner des marchés d’exportation”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related