Subscribe

Irlande – France: Thierry Henry a rendez-vous avec l’Histoire

Cinq ans après son but mémorable inscrit en Irlande, Thierry Henry se sait particulièrement attendu lors des barrages du Mondial-2010 et sera encore l’un des atouts maîtres de l’équipe de France contre l’Eire, les 14 et 18 novembre.

Il ne pense qu’à ça. C’est du moins l’avis de la presse sportive espagnole, qui n’a cessé ces dernières semaines de critiquer le capitaine bleu, accusé d’être obnubilé par le destin de sa sélection et de ne faire que peu de cas de son club, le FC Barcelone.

L’affirmation est certes exagérée mais les faits sont têtus. Absent près d’un mois en raison d’une blessure à la cuisse droite, Henry retrouve comme par miracle la grande forme juste avant les deux rendez-vous les plus importants de l’équipe de France en un an et demi.

Titulaire avec le Barça samedi pour la première fois depuis le 26 septembre, il en a profité pour inscrire son premier but de la saison avec son club. Histoire de clore la polémique et de se rendre au rassemblement de l’équipe de France le coeur léger.

 

Une 4e Coupe du monde?

“Je connais sa passion pour l’équipe de France, je sais qu’il sera prêt, je ne suis pas inquiet”, avait d’ailleurs expliqué le sélectionneur Raymond Domenech, jeudi dernier en divulguant sa liste de joueurs.

Ce Mondial en Afrique du Sud, +Titi+ y tient en effet particulièrement, lui qui pourrait, en cas de qualification, devenir le premier joueur français à disputer quatre Coupes du monde. Pour ce féru de statistiques et grand connaisseur de l’histoire de sa discipline, difficile de rater une telle occasion et de passer à côté d’un tel honneur.

Ses trois réalisations (contre la Roumanie, la Serbie et l’Autriche, portant son record de but en bleu à 51 unités en 115 sélections) et son investissement personnel inédit témoignent de l’importance que Henry, 32 ans, accorde à cet évènement, sans doute le dernier de sa prestigieuse carrière.

Le capitaine français a longtemps esquivé toute responsabilité dans la vie du groupe mais plus l’échéance approche plus il semble prendre la mesure de son statut de chef de bande. C’est lui qui a initié la +fameuse+ discussion avec le sélectionneur, la veille de France-Roumanie (1-1, le 5 septembre), devenu un moment charnière de la campagne éliminatoire avec la prise de pouvoir des cadres bleus.

 

Retrouvailles

Henry s’est également permis de recadrer Benzema après son +aveu+ sur son entrée en jeu contre la Roumanie (“Je n’avais pas eu envie de tout donner”, avait déclaré le Madrilène). Un geste impensable de sa part il y a encore quelques mois.

“+Titi+ a toujours été très investi dans la vie du groupe, c’est un leader, il a une grande expérience du haut niveau”, indique Alou Diarra. “Il ne fait pas forcément un discours dans le vestiaire à chaque fois mais il parle en dehors, sur le terrain. Les conversations, avec lui, c’est des conversations animées. Il a une grosse envie.”

Comment d’ailleurs ne pas voir les retrouvailles avec l’Irlande comme un clin d’oeil du destin. C’est dans le chaudron de Lansdowne Road, le 7 septembre 2005, que Henry avait inscrit l’un de ses buts les plus importants en bleu, plaçant à lui seul la France sur la voie royale menant au Mondial-2006.

A l’époque, le retour des Zidane, Makelele et Thuram avaient accaparé toute l’attention mais c’était bien le N.12 bleu qui avait fait la différence d’une merveille de frappe enroulée en pleine lucarne. Aujourd’hui, c’est lui que craignent les Irlandais.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related