Subscribe

Jazz à La Villette : une édition au fort accent soul, funk et hip hop

La 15e édition du festival Jazz à La Villette, du 31 août au 12 septembre à Paris, a un fort accent soul, funk, hip hop et rap, avec notamment à l’affiche Anthony Joseph et son funk caribéen, Abraham Inc., une formation funk-klezmer-électro, ou la chanteuse soul britannique Alice Russell.

Anthony Joseph et son sulfureux funk caribéen sera à l’Atelier du Plateau les 2, 3 et 4 septembre. Abraham Inc., un groupe d’allumés réunissant le clarinettiste klezmer David Krakauer, le tromboniste Fred Wesley (ex-directeur musical de James Brown) et le DJ SoCalled, sera à la Cité de la musique le 4 septembre. En première partie se produira Push Up!, une réunion de Franciliens célébrant la soul psychédélique, emmené par la voix féline de Sandra Nkake. Alice Russell, une voix blanche de la soul, donnera des versions acoustiques de ses chansons le 5 septembre (16h00 et 20h00) au Cabaret Sauvage. Gil Scott-Heron, l’un des pères du rap, scandera sa poésie noire des ghettos le 8 septembre à la Cité de la Musique, précédé d’un de ses héritiers, Saul Williams. Antipop Consortium (9 et 10 septembre au Point Ephémère) montrera une autre facette du hip hop, saturée de sons électroniques.
Jazz à la Villette sera aussi le théâtre de rencontres inédites et audacieuses, comme celle le 31 août à la Grande Halle de la bassiste-chanteuse Meshell Ndegeocello et du guitariste new-yorkais Marc Ribot. Inclassable, Meshell Ndegeocello gravite autour du funk, du post-rock, de la soul et du jazz. Pas d’étiquette non plus pour Marc Ribot, qui passe du trash rock au free jazz, du blues au klezmer, de l’afro-cubain à l’underground avec une grande liberté d’improvisation.
Les trompettistes franco-libanais Ibrahim Maalouf et américain Dave Douglas, dialogueront le 3 septembre à la Grande Halle. Ibrahim Maalouf, dont la trompette à quart de ton lui permet d’entrer dans les modes orientaux, a toujours été attiré par le jazz. Jazzman, Dave Douglas, via sa collaboration avec John Zorn, a appris à apprivoiser les musiques orientales.
Autre rencontre, celle (le 7 septembre à la Grande Halle) du saxophoniste Archie Shepp et du pianiste Chucho Valdez, de la “great black music” et du jazz cubain.
Autres grands noms du jazz au programme du festival, le pianiste Chick Corea, le contrebassiste Miroslav Vitous et le batteur Roy Haynes, qui reformeront (2 septembre à la Grande Halle) un trio célèbre né en 1968.
Les pianistes seront à l’honneur les 10 et 11 septembre à la Cité de la Musique, avec Paul Bley et Stéphan Oliva, puis Gonzalo Rubalcaba et Stefano Bollani.

Le Canadien Paul Bley, qui a cotoyé les légendes du bebop puis du free, est à 77 ans un géant méconnu du jazz, dont le style chaleureux puise parfois aux sources du blues. Stéphan Oliva, musicien sensible au touché délicat, a pour héros Lennie Tristano et Bill Evans.

Plus impétueux sont le Cubain Gonzalo Rubalcaba et l’Italien Stefano Bollani.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related