Subscribe

JO 2012 : le Français Sabot remporte le bronze aux barres parallèles

Hamilton Sabot, en outsider, a su saisir pleinement sa chance pour remporter la médaille de bronze aux barres parallèles aux Jeux Olympiques de Londres, apportant une petite note d’espoir finale à la gymnastique française qui avait été bien décimée par les blessures.

“J’ai gagné une médaille de bronze olympique en entrant en outsider de cette finale, et je suis super content”, a déclaré l’Antibois, en détachant bien clairement chacun de ses mots. “Je ne l’ai pas volée cette médaille. Comme tout peut arriver dans une médaille olympique, voilà c’est la mienne !” Dix jours plus tôt, Hamilton Sabot s’était qualifié par le bout des dents pour la finale. Alors que lui et un gymnaste chinois avaient obtenu tous les deux la huitième meilleure note, le jury avait exceptionnellement décidé de leur accorder à tous les deux une place en finale, alors que normalement le nombre est limité à huit. “Je ne savais pas sur quel pied danser. Je ne savais pas s’ils me mettaient dans la finale ou pas, cela dépendait des règles. Et quand ce fut acté, ce fut plus un soulagement qu’une vraie joie”, a raconté le jeune homme de 25 ans.

Avec sa silhouette longiligne qui lui donne une classe naturelle, le Français a signé un mouvement très propre qui lui a valu un 15,566 pts. Et si le Chinois Feng Zhe, champion du monde 2010 et vice-champion du monde 2009,(15,966) et l’Allemand l’Allemand Marcel NGuyen (15,800 pt), double champion d’Europe de l’agrès, étaient intouchables, il a pu rester dans le trio de tête, grâce aux petites erreurs d’autres sérieux concurrents.

Contrairement à Cyril Tommasone qui était attendu aux arçons en tant que vice-champion du monde mais n’a pu concrétiser ses espoirs (5e), Sabot savait qu’il n’avait rien à perdre et n’effrayait personne avec pour seul palmarès une seule médaille de bronze européenne aux barres en 2010. “J’ai commencé à me mettre la pression tout seul parce qu’il n’y avait plus que moi comme espoir de médaille. Mais même si les entraîneurs l’espèraient secrètement, je n’étais attendu de personne. C’est cela qui m’a fait réussir un peu mieux que les autres et accéder au podium”, a souligné Hamilton Sabot.

Il évite ainsi à l’équipe de France de gymnastique de repartir bredouille de Londres, elle qui s’était bien accrochée en dépit de la perte sur blessures de plusieurs piliers, dont son vice-champion olympique du saut 2008, Thomas Bouhail, qui se déplace avec une canne aujourd’hui.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related