Subscribe

JO 2016: Chicago retient son souffle

Chicago, troisième ville des Etats-Unis et fief du président Barack Obama, retient son souffle avant la décision du Comité international olympique (CIO) qui pourrait lui accorder vendredi l’organisation des jeux Olympiques 2016.

Le président Barack Obama, dont la maison à Chicago se trouve à proximité du site olympique proposé par la ville, devait quitter Washington jeudi et effectuer un aller-retour express à Copenhague pour mettre son prestige au service de sa ville d’adoption et d’un pays qui n’a pas accueilli les jeux d’été depuis Atlanta en 1996.

Ce déplacement politiquement risqué a déjà suscité des critiques de la part des opposants à Obama. Mais l’engagement personnel d’un président américain -une première- est une aubaine pour la candidature de la grande ville de l’Illinois (nord).

Chicago, dont la candidature était mal en point il y a encore quelques semaines, est le favori aujourd’hui face à son principal challenger, Rio de Janeiro, qui espère devenir la première ville d’Amérique du Sud à organiser les Jeux.

Tokyo, la seule des quatre villes candidates à avoir déjà accueilli les Jeux, en 1964, est classée parmi les outsiders avec Madrid. Les deux villes devront espérer un soudain regain de popularité pour convaincre la centaine d’électeurs du CIO.

Des opposants

Les deux outsiders peuvent en tous cas compter sur un groupe d’habitants de Chicago qui ne veulent pas entendre parler des Jeux chez eux. Six manifestants sont ainsi poursuivis après avoir endommagé une bannière “Chicago 2016” déroulée dans un square du centre-ville où une soirée publique sera organisée à l’occasion de la désignation du vainqueur.

La soirée, qui devrait attirer des milliers de personnes, risque de paraître bien pâle à côté du rassemblement prévu à Rio, sur la célèbre plage de Copacabana. Et la diffusion récente d’une vidéo montrant le meurtre d’un adolescent par une bande de jeunes à Chicago a mis les autorités dans l’embarras, obligeant le porte-parole de la Maison Blanche à dire que la violence chez les jeunes n’était pas “un problème spécifique à Chicago”.

Le soutien de l’opinion publique en général reste assez faible: selon un sondage récent du Chicago Tribune, 47% des personnes interrogées soutenaient la candidature de la ville contre 45% qui y étaient opposés. Beaucoup sont inquiets du coût que représentent les Jeux dans une ville qui a déjà payé un lourd tribut en matière de difficultés économiques et de scandales liés à la corruption.

Expérience et compacité

Les responsables de la candidature reconnaissent cette inquiétude mais font valoir que leurs propres sondages montrent que 72% des habitants de Chicago et 82% des Américains soutiennent la candidature de la ville.

La municipalité a tout fait pour donner l’image d’un soutien populaire: banderoles et drapeaux bordent les rues, les tours de bureaux du centre-ville ont été illuminées aux couleurs olympiques et des messages d’anciens champions olympiques sont diffusés dans les bus.

Les pro-Chicago estiment que la force de leur candidature réside dans la géographie de la ville et dans son expérience en matière d’accueil de grandes messes culturelles et sportives sur les rives du lac Michigan.

Chicago mise beaucoup sur la compacité de ses sites pour empocher la mise: 85% des compétitions pourraient avoir lieu dans un cercle de 8 km de diamètre avec un village olympique qui permettrait à 90% des athlètes de résider à moins de 15 minutes des installations sportives.

En outre, la plupart des évènements devraient se tenir sur des sites préexistants, réduisant d’autant le coût et l’impact environnemental.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related