Subscribe

JO: Stupeur après l’accident mortel du lugeur Nodar Kumaritashvili à Vancouver

Le lugeur géorgien Nodar Kumaritashvili s’est tué vendredi à l’entraînement aux jeux Olympiques de Vancouver, après avoir heurté un poteau métallique en sortant de la piste à environ 140 km/h, a annoncé l’Allemand Thomas Bach, vice-président du CIO.

“Ce décès jette une ombre tragique sur l’ouverture des Jeux, que nous avons attendus avec tant de joie”, a déclaré Thomas Bach.

Kumaritashvili, âgé de 21 ans, s’est tué lors de la seconde session d’entraînement sur la piste olympique de Whistler. Il approchait le dernier virage, où la vitesse peut frôler les 140 km/h, lorsqu’il a été éjecté de la piste et a heurté un poteau métallique. Inconscient et le visage en sang, il a été pris en charge immédiatement par les secouristes qui ont tenté vainement de le ranimer.

Les organisateurs ont interrompu les entraînements de luge “pendant que les officiels de la compétition mènent leur enquête pour déterminer la cause de l’accident afin d’assurer la sécurité de la piste”, a annoncé le CIO peu après l’annonce du décès du jeune Géorgien.

Les précédentes sessions d’entraînement avaient déjà vu plusieurs chutes sur cette redoutable piste présentée comme la plus rapide et la plus exigeante jamais construite.

La Roumaine Violeta Stramaturaru a ainsi dû être hospitalisée quelques heures jeudi. Elle avait heurté le mur plusieurs fois et était arrivée secouée en bas de la piste.

Premier décès en compétition

La piste de bobsleigh et de luge de Whistler est réputée pour être la plus rapide du monde, où le record officieux de vitesse a été établi à plus de 154 km/h. Les organisateurs avaient cependant fait beaucoup d’aménagements pour que la piste ne soit pas considérée comme dangereuse.

En 2006 à Turin, la piste était tellement dangereuse que les organisateurs avaient demandé aux compétiteurs les moins expérimentés de renoncer à participer.

L’épreuve de luge consiste à descendre une portion de piste glacée et sinueuse de bobsleigh avec les pieds en avant. L’athlète est protégé par un simple casque.

D’autres athlètes avaient déjà trouvé la mort en marge de jeux Olympiques d’hiver, mais Kumaritashvili est le premier sportif à se tuer en compétition ou en entraînement officiel.

En 1992 à Alberville, le skieur de vitesse Nicolas Bochatay s’était tué en percutant une dameuse. Le ski de vitesse était discipline de démonstration, et ne faisait pas partie des compétitions officielles.

En 1964 à Innsbruck, en Autriche, le skieur australien Ross Milne, 19 ans, s’était tué à l’entraînement, dans les jours précédents les Jeux. Un lugeur britannique, Kazimierz Kay-Skrzypeski, avait également perdu la vie lors d’un entraînement avant les mêmes Jeux d’Innsbruck.

Kumaritashvili avait terminé 55e au classement général de la Coupe du monde 2008-2009.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related