Subscribe

Joe Dassin revisité

Un spectacle de Joe Dassin organisé par une troupe québécoise est en tournée actuellement aux Etats-Unis. Nostalgie assurée.

Le Palace of Fine Arts de San Francisco était rempli de couples slaves en manteaux de fourrure venus écouter les chansons de celui qui berça leur jeunesse, Joe Dassin. « J’ai grandi avec lui, » nous confie une femme blonde d’une soixantaine d’années. « En URSS, on connaissait ses airs par coeur. » Les organisateurs du spectacle avaient visiblement misé sur un tel public puisque même les billets d’entrée étaient imprimés en alphabet cyrillique. Pourquoi un tel engouement chez les Russes pour celui qui toute sa vie célébra le charme de Paris et de ses larges avenues ? Sans doute à cause de ses mélodies nostalgiques qui plaisent aux âmes slaves. Mais sans doute aussi parce que Joe Dassin avait des racines en Union Soviétique. Son grand père, juif d’Odessa, immigra aux Etats-Unis pour y faire fortune. Plus tard, Jules Dassin, célèbre metteur en scène d’Hollywood et engagé dans le parti communiste se réfugia en France avec sa femme et son fils Joe pour échapper à la chasse aux sorcières menée par Mac Carthy.

Les Russes d’Amérique donc se sont pressés pour assister au spectacle du producteur québécois Didier Morissonneau dont la troupe est en tournée à travers le Québec et les Etats-Unis depuis plus d’un an et demi. Deux heures de « Joe Dassin » pour une « grande fête musicale » comme titrait les affiches du concert, pendant lesquelles on a quelquefois regretté l’absence d’un orchestre vivant. Mis à part quelques morceaux accompagnés à la guitare, les chanteurs ont interprété les textes de Joe Dassin sur une bande sonore pré enregistrée. « Au Québec, il y avait sept musiciens et sept danseurs. Mais c’était trop cher à financer pour notre tournée aux Etats-Unis » explique l’un des membres de la troupe. Les jeunes chanteurs, avec peu de moyens, ont du moins eu le mérite de parvenir à créer une ambiance conviviale et sympathique qui a parfois pris des allures de kermesse. L’arrivée sur scène d’une chanteuse déguisée en grosse abeille et de son partenaire vêtu d’un marcel et d’un caleçon de bain au moment de la chanson « Le Moustique » a bien fait sourire. On oubliera certains autres costumes moins appropriés pour se souvenir plutôt de celui des chanteurs habillés en frères Dalton qui ont interprété en cœur le célèbre refrain de Joe Dassin sur les quatre bandits. Le fils de Joe Dassin, Julian, est venu en personne présenter une chanson inédite aux Etats-Unis, « À mon fils » extrait de la comédie musicale Little Italy jouée en 1973. À la sortie du spectacle, Julien Dassin a dédicacé des CD et DVD de son père pour le plus grand bonheur de certains émus de rencontrer le fils de leur défunte idole.

Après Boston, New York, Los Angeles, San Francisco, le spectacle est joué le 29 à Toronto et le 2 mars à Chicago.
http://www.spectaclejoedassin.com/

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related