Subscribe

John McCain présente une contre-proposition au plan emploi d’Obama

L’ancien rival républicain de Barack Obama à la présidentielle américaine de 2008, John McCain, a présenté jeudi avec d’autres sénateurs une contre-proposition au plan emploi du président rejeté cette semaine au Sénat.

Le train de mesures élaboré par le sénateur McCain et son collègue Rand Paul, proche des ultra-conservateurs du “tea party”, rassemble nombre de propositions chères aux républicains comme un moratoire sur les nouvelles réglementations, une réforme pour freiner les dépenses publiques ou encore une refonte du code des impôts. M. McCain a vivement critiqué le plan de M. Obama. “Avec tout le respect dû au président, son plan, on déjà vu cela avant”, a-t-il lancé. “Ils (les démocrates) pensent que l’étatisme et les dépenses créent des emplois, nous pensons que les entreprises et la croissance créent des emplois aux Etats-Unis”, a ajouté le sénateur.

De son côté, M. Paul a fustigé la proposition démocrate de faire payer les millionnaires américains pour financer le plan emploi. “Cela ne fait pas avancer le débat de faire le tour du pays en disant que les millionnaires ne paient pas leur juste part. C’est faux”, a-t-il dit en assurant que 99% d’entre eux payaient des taux plus élevés que “le charpentier moyen”. Parmi les propositions susceptibles de faire l’objet d’un consensus entre les deux partis, M. McCain a cité la réforme des impôts qui contient une mesure visant à rapatrier 1.400 milliards de dollars de profits réalisés par les entreprises américaines à l’étranger.

Le plan présenté par les républicains contient également des mesures pour augmenter les forages pétroliers en mer et un renforcement des pouvoirs du président pour négocier des accords de libre-échange. Les mesures présentées jeudi disposent du soutien d’une vingtaine de sénateurs républicain, selon M. McCain.

Le Sénat, où les républicains disposent d’une minorité de blocage, a rejeté mardi soir le plan de 447 milliards de dollars que M. Obama avait soumis aux élus et pour lequel il menait une campagne sans relâche depuis plus d’un mois à travers les Etats-Unis.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related