Subscribe

Julianne Moore, Mike Tyson et Maradona au festival de Cannes

Le 61e festival de Cannes s’est ouvert mercredi en présence de l’actrice américaine Julianne Moore et du réalisateur Sean Penn, président du jury. 22 films sont en compétition dans cette manifestation qui va durer jusqu’au 26 mai.

Un vent latino-américain a soufflé sur la cérémonie d’ouverture du festival de Cannes. Sa 61e édition a été déclarée ouverte mercredi soir, en présence de l’équipe du film du Brésilien Fernando Meirelles, Blindness. La projection de ce long métrage a sonné le coup d’envoi de 12 jours de festivités, durant lesquels 22 films vont se disputer la célèbre palme.

Auparavant, le président du jury, l’acteur et réalisateur Sean Penn, ému, a déclaré que "Cannes a toujours sélectionné de grands films et de grands acteurs" et lancé un "appel aux distributeurs pour soutenir les films qui ne recevront pas de prix".

La cérémonie d’ouverture a été précédée par la traditionnelle montée des 26 marches menant au Palais des Festivals, moment très attendu par le public et la nuée de photographes présents qui guettaient les stars comme les Américains Faye Dunaway, Eva Longoria, Dennis Hopper ou l’Australienne Cate Blanchett.

Le jury au grand complet, de l’actrice Natalie Portman au cinéaste Rachid Bouchareb, et à Sean Penn, a ensuite pris place sur le tapis rouge. Il a été suivi par l’équipe du premier film présenté en compétition, "Blindness", dont les Américains Julianne Moore, Danny Glover ou le Mexicain Gael Garcia Bernal, très applaudis à leur arrivée dans la salle de projection.

Le 61e Festival de Cannes est marqué par la présence de Clint Eastwood et le grand retour d’Indiana Jones. La présentation, dimanche en première mondiale, du quatrième volet des aventures d’Indiana Jones sera l’un des moments forts du festival. Ses marches rouges accueilleront le réalisateur Steven Spielberg et Harrison Ford qui, à 65 ans, incarne à nouveau l’archéologue aventurier, après une pause de 19 ans.

Autre héros mythique du cinéma d’action, l’inspecteur Harry, alias Clint Eastwood, présentera le 20 mai en compétition son nouveau film comme réalisateur, Changeling, avec Angelina Jolie. Celle-ci fait partie des stars qui amèneront jusqu’au 25 mai la touche de glamour caractéristique du festival, comme Benicio Del Toro, incarnation du "Che" de Steven Soderbergh (en compétition) ou Penélope Cruz et Scarlett Johansson, à l’affiche du dernier Woody Allen.

La Croisette accueillera aussi deux légendes du sport: le boxeur américain Mike Tyson (sa vie est racontée dans un film de la section "Un Certain Regard") et l’Argentin Diego Maradona, dont le nom suffit à définir le football et à qui le cinéaste serbe Emir Kusturica consacre un documentaire très attendu.

Mais la force de Cannes est de ne pas se cantonner qu’aux nécessaires paillettes, comme le prouve la liste des 22 films en compétition. Elle fait la part belle au défrichage avec de jeunes cinéastes ou de nouveaux venus comme le Brésilien Fernando Meirelles ("Blindness"), l’Israélien Ari Folman (pour un documentaire d’animation sur les massacres de Sabra et Chatila), les Argentins Pablo Trapero et Lucrecia Martel, le Chinois Jia Zhangke, le Philippin Brillante Mendoza ou l’Américain Charlie Kaufman, fameux scénariste (notamment de Dans la peau de John Malkovich qui passe à la réalisation. Certains compétiteurs ont déjà remporté la Palme d’or: Atom Egoyan, Wim Wenders et les frères Dardenne (deux fois).

Côté français, Laurent Cantet, Arnaud Desplechin et Philippe Garrel tenteront de séduire le jury présidé par l’Américain Sean Penn.


Et aussi…

40 ans de Quinzaine

La sélection de Cannes, sans précipitation

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related