Subscribe

Julien Dray prône la nationalisation pour des entreprises en difficulté

L’ancien député socialiste Julien Dray a appelé mercredi l’Etat “à prendre ses responsabilités” et à avoir recours à des nationalisations d’entreprises en difficulté, plutôt que d’être le “brancardier du système”.

“Pourquoi l’Etat ne prend pas ses responsabilités? Et ne nationalise pas aujourd’hui? Pas de manière éternelle, de manière temporaire”, a déclaré sur Radio Classique et Public Sénat l’élu de la région Ile-de-France, alors qu’il évoquait le cas de Petroplus, la raffinerie dont la liquidation a été prononcée mardi par la justice.

“On invente des dispositifs qui vont être d’une telle complexité (…) qu’on arrivera pas à les appliquer”, a ajouté ce soutien d’Emmanuel Maurel, de l’aile gauche du PS, qui se présente jeudi au vote des militants socialistes face à Harlem Désir pour le poste de premier secrétaire.

“Il vaudrait mieux prendre ses responsabilités en nationalisant, pas forcément à 100%, en donnant le sentiment, y compris à ces entreprises, qu’elles ont une stabilité par la présence de la puissance publique”, plutôt que de recourir à des “plans sociaux”, en donnant le “sentiment que l’Etat n’est finalement que le brancardier du système”, a poursuivi Julien Dray.

La motion ou ligne d’orientation politique défendue par Emmanuel Maurel en prévision du congrès de Toulouse, du 26 au 28 octobre, est arrivée en deuxième position lors du vote des militants socialistes le 11 octobre. Elle estime que la “réintroduction du capital public, voire des nationalisations, fussent-elles temporaires, peuvent constituer des protections majeures dans des secteurs stratégiques ou vulnérables aux prédateurs”. La motion d’Emmanuel Maurel est arrivée en deuxième position, loin derrière celle défendue par Harlem Désir.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related