Subscribe

Kader Attou: l’enfance et l’envol à New York

Kader Attou, chorégraphe prodige issu du hip-hop et tout nouveau directeur du Centre de Chorégraphie de La Rochelle, était à l’honneur ce week end au FIAF. Il y présentait son dernier spectacle, Little Stories.com. Impressions.

Le spectacle commence avant que le noir ne se fasse. Une petite voiture télécommandée, qui a d’abord du mal à se faire entendre au milieu du brouhaha de la salle, se fraye un chemin sur la scène. Le silence se fait, puis des rires éclatent lorsqu’elle se cogne contre un mur, l’arrêtant net. La voiturette insiste et se cogne à nouveau. Elle se délivre pourtant et reprend sa course gaillardement. Refus de la voie sans issue.

Cette petite voiture fait curieusement écho à la carrière de Kader Attou, chorégraphe prodige issu du hip hop, qui à 34 ans vient d’être nommé à la tête du Centre Chorégraphique de La Rochelle, et qui présentait ce week end, son dernier spectacle, Little stories.com, dans la très respectable salle Florence Gould au FIAF de New York. Inutile de dire que ce jeune homme d’origine algérienne, élevé dans les faubourgs de Lyon par des parents ouvriers, s’est heurté à quelques murs d’incompréhension avant de s’imposer dans le monde de la danse française.

Mais, le petit français est à New York à présent et New York lui rend hommage. La ville, il la connaît bien, pour l’avoir traversée mille fois dans les « Comic Books» de son enfance : « Moi, quand je regarde le haut des gratte-ciels à New York, c’est pour vérifier si Spiderman est bien là », lance t-il dans un sourire. L’enfance, et ses différents avatars, réels ou imaginaires, c’est justement le thème de Little Stories.com, que Kader Attou décline en une succession de fables lunaires, violentes ou grotesques, jamais complaisantes.

Dans un ambiance chaplinesque, à la fois drôle, poétique et lourde de sens, les cinq danseurs de la compagnie viennent témoigner à tour de rôle, narrant un épisode de leur enfance en mots ou en gestes. Kader raconte la manière dont il imaginait son père, ouvrier chez Renault, faire les 3/8 comme on va au grand huit, à la fête foraine. Plus tard, il s’invente un pas de deux avec une libellule électrique ou une jongle dansante avec une plume ou un ballon. Un peu magicien, Kader Attou, en tout cas, certainement circassien. L’emprunt constant à l’univers du cirque n’est pas fortuit. C’est d’abord le cirque qui faisait rêver le jeune Kader, enfant, avant qu’il ne se consacre entièrement à la danse. Le spectacle, drôle de collier de saynètes, n’est-il d’ailleurs pas symboliquement relié à l’arrière-plan par un fil de funambule, servant tantôt de corde à linge tantôt de ligne de vie ? Celui qui, enfant, volait aux papillons leur poudre colorée pour la coller sur des ailes en carton censées le faire décoller, a, semble-t-il, bel et bien pris son envol.

Little Stories.Com est désormais en route pour la France où, la compagnie doit honorer une vingtaine de dates, avant de débuter une tournée internationale, en mai prochain. Prochaine étape : la grande salle Chaillot les 30 octobre et 1er novembre prochains. Pas mal, pour un spectacle qui a démarré, devant une audience de 86 personnes, à « l’amicale des boules » d’Arambas !

 

Little Stories.com était présenté dans le cadre du festival “I kiffe NY”, organisé par les services culturels de l’ambassade de France.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related