Subscribe

Karachi: les familles sursoient à la plainte contre Villepin

Les familles des victimes de l’attentat de Karachi “ont décidé de surseoir” à la plainte pour mise en danger d’autrui annoncée vendredi contre Dominique de Villepin, après avoir “très favorablement accueilli” ses déclarations, a annoncé samedi leur avocat.

“Les familles ont accueilli très favorablement les déclarations de Villepin et ont décidé de surseoir jusqu’à son audition au dépôt de la plainte”, a expliqué Me Olivier Morice, dans un entretien à l’AFP.
L’ancien Premier ministre, qui a émis le souhait d’être entendu dès la semaine prochaine, en tant que témoin, par le juge financier Renaud Van Ruymbeke, a fait état vendredi de “très forts soupçons de rétrocommissions” dans le contrat pour la vente à Islamabad de sous-marins en 1994, c’est-à-dire des faits de corruption.
Dans l’enquête sur l’attentat qui avait tué en 2002 onze salariés de la Direction de la Construction navale (DCN), le juge antiterroriste Marc Trévidic, après avoir envisagé la piste d’Al Qaïda, s’est orienté depuis un an vers celle de représailles pakistanaises à l’arrêt de versement de commissions à des intermédiaires.
Cet arrêt avait été décidé par Jacques Chirac, juste après son élection à la présidence de la République en 1995. Les familles envisagent de porter plainte contre MM. Chirac et de Villepin car elles soupçonnent que cette décision a abouti à l’attentat commis en représailles.

Vendredi soir, l’Elysée a vivement réagi aux propos de Dominique de Villepin, jugeant que dire que le contrat franco-pakistanais aurait “eu pour conséquence de contribuer illégalement au financement de la campagne électorale” d’Edouard Balladur en 1995, dont Nicolas Sarkozy était le porte-parole, “relève de la rumeur malveillante”.

 

Related