Subscribe

Karel Vereycken, un candidat entre LaRouche et Cheminade

Karel Vereycken est le candidat du parti de Jacques Cheminade en Amérique du Nord. Directeur de la rédaction du journal très controversé Nouvelle Solidarité et ami de l’économiste américain tout aussi sulfureux Lyndon LaRouche, il revient pour France-Amérique sur les raisons de sa candidature aux Etats-Unis.

France-Amérique : Pourquoi avez-vous décidé d’être candidat dans la circonscription d’Amérique du Nord ?

Karel Vereycken : J’ai choisi cette circonscription car je pense que les relations entre la France et les Etats-Unis doivent être mises au clair. Ces deux pays se sont souvent disputés pour des bêtises. Aujourd’hui, ils devraient avoir une mission universelle pour amener quelque chose de positif. Pendant plusieurs années, les Etats-Unis ont été entraînés par Tony Blair dans des guerres insensées où ils ont détruit des pays mais aussi eux-mêmes.

Le fait de ne pas vivre aux Etats-Unis n’est pas un problème selon vous ?

J’ai longuement regardé les programmes des autres candidats. Ils veulent plutôt être consul. Ils ne comptent représenter que les intérêts des Français à l’étranger. Mais être député, c’est donner sa voix pour toute la France. En tant que député, je me battrai pour que l’économie marche en France et aux Etats-Unis, ce qui profitera à tout le monde. Regardez ceux qui vivent actuellement aux Etats-Unis, comme la candidate PS, qui dit honnêtement qu’elle sera obligée de s’installer à Paris si elle est élue. Le travail parlementaire se fait en France.

Les problématiques très particulières qui touchent les Français d’Amérique du Nord ne concernent pas vraiment ce rôle de député ?

Aussi, bien évidemment. Mais il y a un débat qui émerge par exemple, c’est celui de la gratuité de la scolarité. Tous les candidats finissent par défendre une clientèle et pas les citoyens français. Bien sûr que je veux qu’on aide les parents qui ont des enfants français scolarisés à l’étranger. Le PS a d’ailleurs raison, il faut conditionner cette aide aux ressources. Mais il faut surtout prendre toutes les décisions dans l’intérêt du peuple français, pas seulement en pensant à une petite frange de la population.

La coopération avec les Etats-Unis est l’un des points-clés de votre programme. Vous souhaitez notamment développer une coopération spatiale. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Comme l’a dit Jacques Cheminade, le monde a besoin d’un horizon à long terme. Quand on voit que les sujets sur lesquels on se focalise dans la campagne sont la viande halal ou le permis de conduire, on se dit que la société a le nez dans le guidon. La France est déjà une puissance spatiale mais elle profite actuellement des bases russes car les poches sont vides à la Nasa après que Barack Obama a annulé plusieurs programmes. Il faudrait instaurer un dialogue entre entreprises de pointe françaises et américaines. A l’époque de Kennedy, la Nasa était une entreprise publique mais derrière, des centaines de PME – dont certaines étaient françaises – produisaient des pièces.

A plusieurs reprises, vous citez Lyndon LaRouche dans votre programme. Ce n’est pas problématique, sachant qu’il est surtout connu en France pour avoir comparé Obama à Hitler ?

D’abord, je veux jouer cartes sur table, je ne vais pas me cacher de cette amitié. Ensuite, Lyndon LaRouche a toujours dit que le jour où Obama changerait sa politique, il enlèverait la moustache du poster qu’il avait réalisé. Barack Obama a suscité une espérance parce qu’on le voyait comme compatible avec la France et ses valeurs universelles. Beaucoup de gens pensent que sa réforme de la santé a mis en place une sécurité sociale à la française mais ils se trompent. Barack Obama veut instaurer un prix sur la vie, dire qui aura le droit ou non d’être assuré. Des vieux Américains dont LaRouche, qui se sont battus contre ça pendant la Deuxième Guerre mondiale, n’en veulent pas. Ce que défend Lyndon LaRouche, c’est la dignité humaine. Les grands médias lui ont créé une réputation, mais il y a des gens honnêtes qui essayent de comprendre son combat, son parcours, son histoire.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related