Subscribe

Kevin Séraphin, révélation française de la saison NBA

Arrivé sur le tard dans le basketball, Kevin Séraphin, le pivot guyanais des Washington Wizards, se fait peu à peu une place au soleil dans la meilleure ligue du monde. Il pourrait être la révélation de l’équipe de France aux prochains Jeux Olympiques.

Après une première année de galère et un début de saison passé sur le banc des remplaçants, Kevin Séraphin a aujourd’hui le sourire. Devenu titulaire au poste de pivot de la franchise des Washington Wizards, l’intérieur tricolore enchaîne, pour son plus grand bonheur, les bonnes performances depuis deux mois environ. “J’ai beaucoup douté en début d’année lorsque l’entraîneur ne me faisait pas jouer”, précise Séraphin, “mais je n’ai pas baissé les bras et je suis très content de savoir qu’aujourd’hui je suis un élément important de l’équipe.”

Le joueur ne s’emporte pas pour autant. “Je sais d’où je viens et que le vent peut vite tourner. A moi de continuer à progresser afin de m’affirmer définitivement en NBA.” Même son de cloche pour son entraîneur, Randy Wittman, qui lui a accordé sa confiance en février dernier : “Kevin est un joueur très talentueux qui possède une grande marge de progression, mais il ne faut pas oublier qu’il est encore très jeune.” Admiratif des qualités du Français, le technicien du club de la capitale sait parfaitement quelle est la méthode à suivre pour faire travailler son protégé : “Je suis là pour le féliciter et le motiver lorsqu’il réalise de bonnes prestations, mais je suis aussi le premier à lui taper sur les doigts lorsqu’il joue mal où qu’il n’est pas assez concentré.” Malgré la non-qualification de son équipe pour les prochains playoffs, le Guyanais envisage l’avenir sereinement. “Notre groupe de joueurs a de l’avenir. Nous avons une très bonne base de travail pour réussir une belle saison l’an prochain”, estime Séraphin.

Du football au basketball

Joueur au profil massif – 2,06 mètres pour 124 kilos – et reconnu pour sa dextérité, Kevin Séraphin a pourtant découvert la balle orange sur le tard. Alors qu’il jouait au football depuis son plus jeune âge, le géant guyanais s’est vu proposer à 14 ans d’intégrer une équipe de basket du fait de sa grande taille. “Après avoir disputé quelques matches, j’ai finalement décidé de me consacrer pleinement à cette nouvelle discipline”, dit-il. Progressant à grands pas, le jeune Séraphin intègre peu de temps après la sélection de Guyane et tape dans l’œil de recruteurs qui s’empressent d’envoyer le prodige dans un centre de formation de métropole en 2005. La carrière de Kevin Séraphin est lancée. “Après deux ans à Poitiers au Pôle France, je suis parti à Cholet où j’ai signé mon premier contrat professionnel en 2008”, précise l’intérieur tricolore.

Couvé par son entraîneur de l’époque, le Turc Erman Kunter, le pivot poursuit son apprentissage dans les Mauges et se voit offrir peu à peu un temps de jeu intéressant. Il profite de l’occasion pour devenir l’une des sensations du championnat de France et se révèle au grand jour dans une équipe qui remportera le titre national en 2010. “Cette année m’a définitivement fait passer à un autre niveau”, souligne l’actuel joueur des Washington Wizards. C’est à partir de là que le joueur décide de faire le grand saut vers la NBA. Sélectionné à la 17e position lors de la Draft 2010, l’intérieur français traverse l’Atlantique pour endosser le maillot des Washington Wizards.

Après un mauvais parcours des Wizards, la saison devrait se terminer dans les prochains jours pour les coéquipiers de Séraphin. Mais peut-être pas encore pour le Guyanais : membre depuis peu de l’équipe de France senior et invité surprise au dernier Eurobasket, il a de fortes chances de faire partie de l’aventure Olympique l’été prochain. “Je vais tout donner pour intégrer le groupe de joueurs qui ira à Londres. Ce serait énorme de faire les Jeux Olympiques, je réaliserais ainsi l’un de mes rêves.”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related