Subscribe

La crise économique s’invite à la foire Art Basel Miami

La foire d’art contemporain Art Basel de Miami Beach en Floride, qui vient de s’achever, n’a pas été épargnée par la crise économique et les galeristes assurent que le chiffre d’affaires réalisé est en baisse par rapport aux éditions précédentes.

Art Basel de Miami Beach est la déclinaison américaine d’Art Basel, la plus grande foire d’art contemporain au monde, créée à Bâle il y à 39 ans et qui se déroule chaque été en Suisse. Bien que les organisateurs de la foire de Miami, la plus importante aux Etats-Unis, n’aient pas fourni de données sur le volume total de ventes réalisé, la plupart des galeristes ont assuré que leur chiffre d’affaires avait chuté. “Nous avons connu des années d’or avec d’importantes ventes, mais maintenant la réalité est différente et nous l’avons ressenti”, a dit Cristobal Riestra de la galerie mexicaine OMR.

Sa meilleure vente a été une oeuvre de l’artiste mexicain Pablo Vargas Lugo, appelée “Fortune 5” et montrant, étalées sur une table et dans un appartement, des centaines de pièces de monnaie dont la valeur est fixée par une montre gravée sur les pièces. Vendue 35.000 dollars, l’oeuvre mettait en avant le lien qui existe entre le moment où une oeuvre est vendue et sa valeur. La galerie mexicaine, présente chaque année à la foire de Miami depuis sa création il y a sept ans, a réalisé un chiffre d’affaires total d’environ 100.000 dollars, contre trois fois plus les années précédentes, a indiqué M. Riestra.

La foire, à laquelle ont participé 250 galeries représentant quelque 2.000 artistes venant de 33 pays d’Amérique du Nord, d’Amérique latine, d’Europe et d’Asie avait ouvert ses portes jeudi, quelques jours seulement après que le pays ait été déclaré officiellement en récession. Des experts en art plastique, et des médias spécialisés comme “Art Newspaper”, ont indiqué que le chiffre d’affaires réalisé par les galeristes avait diminué de 30 à 50% cette année. “Le marché ne pouvait pas se maintenir face à la crise financière”, a assuré Gerd Harry Lybke de la galerie allemande Eigen+Art.

“Cette fois-ci, nous ne sommes pas venus avec de grandes attentes”, a dit de son côté Greg Lulzy de la galerie new-yorkaise David Zwirner, estimant que “cela aurait pu être bien pire”. Ainsi, une peinture à l’huile du Chinois Yan Pei-Ming représentant le visage du futur président américain Barack Obama a été vendue par la galerie 300.000 dollars.

Globalement, la tourmente financière n’épargne pas le marché de l’art, et les ventes aux enchères d’art impressionniste, moderne et contemporain qui se sont déroulées à New York depuis le début du mois de novembre sont très nettement en dessous des niveaux de prix exceptionnels de ces dernières années. Ainsi, en novembre, un tiers des lots n’ont pas trouvé preneurs lors de ventes aux enchères chez Sotheby’s et Christie’s, tandis que des tableaux ont été adjugés à des prix inférieurs aux estimations plancher.

A lire aussi l’interview du nouveau co-directeur d’Art Basel, le Franco-américain Marc Spiegler

http://www.france-amerique.com/articles/2008/12/03/marc-spiegler-l-homme-qui-connait-l-art-comme-sa-poche.html

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related