Subscribe

La diaspora africaine sur grand écran à New York

Du 29 novembre au 15 décembre, aura lieu le 21e Festival international des films de la diaspora africaine à New York (NYADIFF). La programmation est particulièrement riche cette année, avec des films diffusés dans plusieurs salles de Manhattan et du Queens et une vingtaine de productions françaises ou francophones.

Créé en 1993 par un couple new-yorkais métissé, Diarah N’Daw-Spech, afro-française et Renaldo Barroso-Spech, un haïtien-jamaïcain né à Cuba, le festival de cinéma de la diaspora africaine se donne pour mission de renforcer l’influence des réalisateurs d’origine africaine dans le cinéma actuel. Dans cette optique, le festival présente des films de réalisateurs émergents aussi bien qu’installés, avec le souci permanent de montrer des œuvres de qualité, qui sortent des sujets traditionnellement traités quand il s’agit de la diaspora africaine.

Parmi les pays francophones représentés cette année, on notera la présence de la Tunisie, Haïti, l’Algérie, l’Egypte, La République Démocratique du Congo, le Québec, la Suisse, Madagascar, la France, le Luxembourg, le Mali, le Maroc, le Sénégal, et la Guyane Française.

Programmation francophone 2013 :

– Frontières : Vendredi 29 novembre à 16h – Chapelle/ Mercredi 11 décembre à 15h – Quad Cinema

Six hommes et une femme font un voyage périlleux du Sénégal au Maroc dans le but de se glisser illégalement en Europe pour échapper à la pauvreté et la guerre intestine de l’Afrique. Réalisé par Mostefa Djadjam 2002, 102 min. France / Algérie, Drame, français / anglais sous-titres

– Légendes de Madagascar (Malagasy Mankany) : Dimanche 8 décembre à 17h30 – Quad Cinema / Mardi 10 décembre à 20h30 – Quad Cinema

Malagasy Mankany raconte l’histoire de Jimi, Bob et Dylan, trois amis et étudiants en sociologie à l’Université d’Antananarivo. Lorsque le père de Jimi tombe gravement malade dans son village natal, les trois compères embarquent dans une Austin Mini et quittent la capitale en direction de la campagne profonde de Mahajanga. Au départ de leur périple, ils prennent en stop Charu, une mystérieuse et attrayante jeune indo-pakistanaise qui va les troubler. En marge d’une tension grandissante dans la Mini, les rencontres qu’ils font au fil de leur voyage et la dure réalité de la campagne malgache ne cessent de les mettre à l’épreuve. Arriveront-ils à temps et en entier à leur destination finale ? Haminiaina Ratovoarivony, 2012, 93 min, Madagascar, aventure/comédie/drame, français et malgache avec sous-titres français.

 

– Les mécréants : NY première – Lundi 2 décembre à 18h – Chapel Cinema / Mardi 10 décembre à 18h – Thalia Theater

Sur l’ordre de leur chef spirituel, trois jeunes islamistes kidnappent un groupe de jeunes comédiens qui partent en tournée avec leur dernière création. Arrivés sur le lieu de détention, les kidnappeurs se trouvent coupés de leur base. S’ensuit alors un huis clos de sept jours au cours desquels les deux camps sont amenés à cohabiter, s’affronter et remettre en question leurs préjugés mutuels. Réalisé par Mohcine Besri, Maroc 2012, 88 min. Drame, arabe / anglais sous-titres. Parrainé par le Consulat général de Suisse à New York.


– La pirogue : Vendredi le 6 décembre à 13h – Quad Cinema / Dimanche 8 décembre à 13h – Quad Cinema / Samedi 14 décembre à 16h – Black Spectrum Cinema

Un village de pêcheurs dans la grande banlieue de Dakar, d’où partent de nombreuses pirogues. Au terme d’une traversée souvent meurtrière, elles vont rejoindre les îles Canaries en territoire espagnol. Baye Laye est capitaine d’une pirogue de pêche, il connaît la mer. Il ne veut pas partir, mais il n’a pas le choix. Il devra conduire 30 hommes en Espagne. Ils ne se comprennent pas tous, certain n’ont jamais vu la mer et personne ne sait ce qui l’attend. Réalisé par Moussa Touré 2012, 87 min, Sénégal / France / Allemagne, Drame, Français / Wolof / anglais sous-titres.

 

– Zabana ! Samedi 30 novembre à 19h – Thalia Theater/ Mardi, le 3 décembre à 20h30 – Chapel Cinema / Lundi, le 9 décembre à 21h40 – Quad Cinema

Le film relate la vie, le combat et les derniers moments du premier militant algérien, Ahmed Zabana, guillotiné en juin 1956. 15 février 1956 : le gouvernement français vote l’usage de la guillotine contre les nationalistes algériens, condamnés à la peine capitale. François Mitterrand est ministre de la Justice. 19 juin 1956 : Ahmed Zabana, trente ans, est exécuté à l’aube à Alger. La lame s’arrêtera deux fois, avant de décapiter, à la troisième tentative, celui qui deviendra le premier guillotiné de la guerre d’Algérie. Réalisé par Saïd Ould Khelifa – 2012, 107 min, L’Algérie, historique, Amazigh / arabe / français / anglais sous-titres.


 

– Le damier, Papa national oyé ! Programme de Yesterday & Today RDC/ Dimanche 15 décembreembre à 13:30 – Thalia Theater

Le Damier est une cruelle satire politique sur les dictateurs africains. Le film raconte l’histoire du président d’un pays africain imaginaire qui passe une nuit entière à jouer aux échecs avec un vagabond fumeur d’herbe et qui se dit champion toutes catégories. Mais les règles du jeu impliquent que les adversaires se lancent mutuellement des injures de mauvais goût. Le champion profère donc des insanités et réussit à battre le président. Sa récompense – et son sort – ne sera pas vraiment une surprise. Réalisé par Bakupa Kanyinda Balufu 1996, 40 min, comédie, République démocratique du Congo ( ex-Zaïre ) et au Gabon, français / anglais sous-titres. Montré avec Kinshasa Mboka Té.

– Juifs d’Egypte : Samedi 30 novembre à 13h30 – Chapel Cinema / Dimanche 1er décembreembre à 13h – Thalia / Samedi 7 décembre à 16h40 – Quad Cinema

Interdit pendant un an, “Jews of Egypt” est sorti en salles en Egypte en mars 2013. Le jeune réalisateur égyptien Amir Ramses a réalisé un documentaire sur les juifs d’Egypte qui ont participé à l’histoire politique, économique et culturelle du pays depuis toujours. Mais avec la création de l’Etat d’Israël et les guerres judéo-arabes, les juifs d’Egypte ont quitté leur pays et seuls quelques uns vivent toujours au Caire et à Alexandrie. Témoignage de Sylvie Braibant. Réalisé par Amir Ramsès, 2013, 95 min, Egypte, Documentaire, sous-titres arabe / français / anglais .

 

– Kinshasa mboka té : Programme de Yesterday & Today RDC/ Dimanche 15 décembre à 13h30 – Thalia

Kinshasa mboka té… Une ville qui sort des normes au-delà de tout ce qu’on peut imaginer. Elle est paradoxe et spectacle, des fois complètement désarticulée, avec des logiques de vie et de survie qui s’inventent chaque jour. Quand on pense la mater, c’est là qu’elle réagit parce qu’elle est complètement imprévisible. Les gens, là-bas, sont solides comme de la brique et fragiles comme du cristal. Kinshasa mboka té… Ville ou pas ville? Où ordre et désordre se chevauchent. La vie est une course folle là-bas. Il faut rester alerte, éveillé, ne pas dormir. Kinshasa n’appartient à personne, mais à tout le monde. C’est un miroir aux alouettes, ce qu’on y vit, on ne le vivra nulle part ailleurs, une vibration totale. Chacun en donne une couleur, une interprétation. Kinshasa mboka té… Réalisé par Douglas Ntimasiemi, 52 min, RD Congo / Belgique, Documentaire, sous-titres français / anglais. Montré avec Papa National Oyé.

 

– Kirikou et la sorcière : Programme scolaire/ Lundi décembre à 11h – Chapel Cinema / Jeudi, le 5 décembre à 11h – Chapel Cinema

Le film raconte les aventures de Kirikou, un garçon minuscule mais à l’intelligence et à la générosité hors du commun, dans sa lutte contre la sorcière Karaba, qui tyrannise les habitants du village à l’aide de ses pouvoirs maléfiques et d’une armée de fétiches. Réalisé par Michel Ocelot, 1998, 70 min, France, français / sous-titres anglais ou doublés en anglais.

 

– Masaï, les guerriers de la pluie : Programme scolaire/ Mardi 10 décembre à 11h – Chapel Cinema

Le pays masaï accablé par la sécheresse. Pour apaiser la colère divine et permettre le retour de la pluie, il faut rapporter la crinière d’un lion mythique. Des jeunes Masaï sont chargés par les anciens du village de cette tâche héroïque. Réalisé par Pascal Plisson 2005, 94 min, drame épique, France / Kenya, Maa avec l’anglais sous-titres.


 

– Un ennemi commun : NY première – Mardi 10 décembre à 13h – Quad Cinema / Mercredi 11 décembre à 19h30 – Quad Cinema

Documentaire en forme de thriller politique sur les premières élections libres en Tunisie après le «Printemps arabe». Réalisé par Jaime Otero, 2013, 78 min Espagne / Tunisie, Documentaire, sous-titres arabe / français / anglais.

– L’ irrrésistible ascension de Moïse Katumbi : Mardi 3 décembre à 18h – Thalia Theater

Richissime homme d’affaires de la province africaine la plus riche en minerais précieux, Moïse Katumbi est non seulement le gouverneur de cette région mais aussi le président du célèbre club de football “le Tout puissant Mazembe”. Médias, sport, look, politique et affaires, tel est le cocktail proposé par ce nouveau Messie africain au nom prédestiné Moïse. Il est le symbole de ce nouveau leadership à la conquête du pouvoir par les urnes et les élections, de cette démocratie basée sur le business et le populisme. Frère ennemi et rival du Président de la République Joseph Kabila, Moïse sera-t-il un jour le Président élu ? Réalisé par Thierry Michel, 2013, 83 min. Belgique, Documentaire, français, s.-t. anglais. Q & A dépistage après.

 

– La dernière chanson avant la guerre : Dimanche 8 décembre à 15h – Quad Cinema / Mardi 10 décembre à 20h30 – Chapel Cinema

“La dernière chanson avant la guerre” est documentaire qui couvre l’émergence et l’inspiration du festival annuel du désert tenu à proximité de Toubouktou au Mali et qui a été réduit au silence en 2012 en raison de la violente occupation des extrémistes au nord du Mali, ce qui a déstabilisé toute la région du Sahel. Intrigue captivante illustrée par des images en haute définition prises pendant le festival en 2011. Le film est réalisé sur la route vers la légendaire Tombouctou pour écouter les célèbres musiciens qui jouaient avec tout leur coeur dans les dunes du Sahara. Jusqu’a présent, le festival ainsi que des centaines de milliers de réfugiés sont toujours en exil. Réalisé par Kiley Kraskouskas, 2013, 89 m, Mali / USA, Documentaire, sous-titres  français / anglais. Questions/Réponses.

 

– Retour à Gorée

Vendredi, le 6 décembre à 15h – Quad/ Mercredi 11 décembre à 21h20 – Quad Cinema / Samedi 14 décembre à 14h – Black Spectrum

“Retour à Gorée” raconte le périple du chanteur Sénégalais Youssou N’Dour sur les traces des esclaves noirs et de la musique qu’ils ont inventée : le jazz. Son défi : rapporter en Afrique un répertoire de jazz et le chanter à Gorée, l’île symbole de la traite négrière, en hommage aux victimes de l’esclavage. Guidé dans sa quête par le pianiste Moncef Genoud, Youssou N’Dour parcourt les Etats-Unis et l’Europe. Accompagnés par des musiciens d’exception, ils croisent de nombreuses personnalités, et créent, au fil des rencontres, des concerts et des discussions sur l’esclavage. Leur musique va au-délà des cultures. Réalisé par Pierre-Yves Borgeaud 2006, 108 min. Sénégal / Suisse / Luxembourg, documentaire musical, langue, anglais / français avec sous-titres.

 

– Aluku Liba : Samedi 7 décembre à 14:00 – Black Spectrum/ Dimanche 15 décembre à 17:30 – Thalia Theater

Loeti est un travailleur ambulant qui a passé des années loin de son village, en Guyane française, travaillant dans des conditions extrêmes. Quand l’armée réprime l’exploitation aurifère illégale dans la forêt amazonienne, il est contraint de fuir l’un des sites, et doit utiliser les compétences qu’il a acquises enfant, pour survivre dans la forêt. Son seul espoir est de rejoindre son peuple, les Alukus. Il veut retrouver son passé et sa culture, mais que reste-t-il des coutumes et des traditions de ses ancêtres africains ? Loeti trouve un monde en mutation où les anciennes traditions et les valeurs sont remises en question et influencées par le monde moderne. Réalisé par Nicolas Jolliet, 2009, 90 min, Canada / Guyane Française / Suriname, Docu -Drama.

 

– Ayiti Toma, au pays des vivants : Samedi 7 décembre à 17h – Chapel Cinema

Au-delà de l’Haïti qui a su vaincre l’esclavage, devenir république, combattre l’impérialisme, résister aux catastrophes naturelles et parfois même fait appel à l’aide humanitaire, au-delà de cette Haïti qui s’impose à notre esprit, il y a Ayiti Toma. Dans ce documentaire, c’est cette Ayiti que racontent et commentent les Haïtiens eux-mêmes, appuyés par des économistes et des historiens, des anthropologues et des humanitaires, des adeptes du vaudou et de jeunes rescapés d’un quartier populaire de Port-au-Prince. Tous souhaitent qu’on donne enfin la chance à ce “peuple magique” de placer sa culture singulière au coeur de son avenir pour que se construise vraiment Ayiti Toma, le pays qui est nôtre, le pays des vivants. Réalisé par Joseph Hillel, 82 min, Canada / Haïti, Documentaire, créole avec sous-titres anglais. Q & A après dépistage et de réception.

– Assistance mortelle : Samedi 7 décembre à 15h – Chapel Cinema

Au lendemain du tragique tremblement de terre de janvier 2010 en Haïti, le réalisateur Raoul Peck entreprend de documenter, 24 mois durant, le processus de reconstruction sans précédent dans son pays. Assistance mortelle s’attaque ainsi à dévoiler les coulisses et les méandres du gigantesque élan international déployé en Haïti, tout en questionnant son impact et ses conséquences. Réalisé par Raoul Peck 2012, 99 min, France / Belgique / USA / Haïti. Documentaire, anglais / créole / français / anglais sous-titres.

 

– Le premier rasta : Jeudi 12 décembre à 14h50 – Quad Cinema

Né en Jamaïque en 1898 Percival Howell a construit la première communauté rasta du Pinnacle. Le premier rasta est un film sur l’homme et le mouvement qu’il a créé. Réalisé par Hélène Lee, 2010, 85 min, France / Jamaïque. Documentaire, anglais.

 

– Chercher la vie : Samedi 7 décembre à 13h – Chapel Cinema

“Chercher la vie” présente deux femmes : Anne-Rose et Rosemène, chacune avec sa propre manière de mener son combat pour la vie. La première des deux prépare des plats pour le déjeuner, qu’elle vend aux ouvriers d’une usine de Port-au-Prince ; la seconde travaille dans cette même usine à la production de pull-over, et chaque jour à la pause elle achète son déjeuner à Anne-Rose. Le film dévoile les efforts permanents et le génie inventif des femmes haïtiennes dans leur recherche pour la survie quotidienne. Il illustre clairement la façon dont l’importation de denrées nord-américaines a contribué à l’effondrement de la production régionale des paysans haïtiens. Réalisé par Claudette Coulanges 1999 60 min. Haïti / Allemagne, Documentaire, créole / français / anglais sous-titres.

– Made in Jamaica : Jeudi 12 décembre à 21h – Quad Cinema

“Made in Jamaica” du réalisateur francais Jérôme Laperrousaz, est une spectaculaire anthologie du reggae. C’est à la fois une analyse pertinente de la situation politique jamaïcaine et une déclaration d’amour au reggae et au dancehall qui ont fait la renommée internationale de l’île. Réalisé par Jérôme Laperrousaz 2006, 110 min, Jamaïque / France / USA, documentaire musical, anglais.

 

– Le plafond de verre : Samedi 30 nov à 13h – Thalia Theater

“Aujourd’hui, pour les jeunes français diplômés, issus de l’immigration, décrocher un job relève de la galère et de la gageure. Ces minorités visibles se heurtent aux préjugés raciaux des employeurs et n’obtiennent pas les mêmes avantages et possibilités de carrière à diplôme égal. Pour parvenir à obtenir un bon job, faut-il que Nordine devienne Norbert, que Nadia se change en Nadège ? Faut-il que Samia envoie la photo de sa voisine Aurélie ? Est-il acceptable qu’Ali, titulaire d’un DEA, se contente d’un salaire 30% inférieur ? Ce “plafond de verre” pèse lourd sur la tête des enfants d’immigrés…” Réalisatrice Yamina Benguigui, France, 90 min, 2004. Doc en français avec sous-titres anglais.

– Obection 6 : Dimanche 1er décembre à 14h – Chapel Cinema/ Mardi 10 décembre à 14h35 – Quad CInema

En mars 2010, des étrangers sont expulsés. Le film raconte cette histoire qui s’est soldée par la mort tragique d’un requérant d’asile. La caméra se met elle-même à la place de ce demandeur d’asile pour enregistrer la réalité en adoptant son point de vue subjectif. Réalisé par Rolando Colla, 17 min. Drame, Allemagne / Suisse. En anglais. Montré avec Stateless.

– Tango negro : US première – Vendredi 13 décembre à 20h30 – Cowin Cinema

Par la voix d’une des plus importantes figures contemporaines du tango (le pianiste argentin Juan Carlos Caceres), le réalisateur Dom Pedro nous dévoile la profondeur des empreintes africaines dans le Tango, à travers ce film riche mêlant interventions musicales et interviews de nombreux passionnés du tango, entre l’Amérique latine et l’Europe. Débat avec le réalisateur, sponsorisé par les Services culturels français de New York et l’ambassade angolaise de New York. Réalisé par Dom Pedro, 2013, 93 min. France , Documentaire, français / sous-titres espagnol / anglais. Questions-réponses, suivi d’une réception. Montré avec le Candombe.

– Raltat : Première mondiale – Dimanche 8 décembre à 16h – Thalia Theater / Lundi 9 décembre à 19h30 – Quad Cinema / Thursday 12 décembre à 18h – Chapel Cinema

Raltat raconte l’histoire vrai d’un cas d’erreur d’identité grave commise par le FBI qui a placé en détention une femme marocaine supposée être l’épouse du chef de file du terrorisme dans les attaques du 11-Septembre sur le World Trade Center. Le film a été tourné à Casablanca au Maroc et Washington D.C. Réalisé par Al Robbins 2012, 84 min, Maroc / Etats-Unis, Drame, anglais. Questions-réponses .

Informations et programmation complète : www.nyadiff.org

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related