Subscribe

La Fashion Week, sans accréditation

Depuis jeudi, la Fashion Week s’est ouverte à New York. Jusqu’au 17 février prochain, 57 créateurs vont présenter leurs collections au Lincoln Center et donner les prochaines tendances pour l’automne-hiver 2011. Mais loin des podiums, nombreux seront les non-accrédités à profiter de l’événement de l’extérieur.

9 heures du matin, sous un soleil glacial de février. On presse le pas dans l’Upper West Side. Pas de doute, le premier rendez-vous mondial de haute –couture de l’année a bien commencé. Depuis mercredi, la Fashion Week a repris ses aises à New York. Pour tous ceux qui n’ont pas pu obtenir d’accréditation, ou acheter des places, sésames indispensables pour pénétrer dans l’antre de Mercedes-Benz, partenaire officiel, le défilé se passe ici, dans le froid de l’esplanade du Lincoln Center.

Là, quelques badauds attendent au milieu du staff de sécurité et des retardataires qui, haletants, n’espèrent rien louper du spectacle. Il y a les photographes de mode ou les chroniqueurs, sortis griller une cigarette entre deux allers-retours des mannequins. Visages fermés, l’heure est grave. On discute des clichés qui feront la une du lendemain, des tendances mode révélées par les créateurs pour la saison prochaine, des réussites et des ratés.

Ceux qui veulent faire la mode de demain sont là aussi, cachés derrière leurs lunettes noires. Sous le manteau de ces jeunes designers, accompagnés par quelques uns de leurs modèles rivalisant d’imagination, on devine leurs dernières créations.  Façon de se faire remarquer là où il faut être vu aujourd’hui. C’est le cas de Quinn Aston, jeune designer de Houston, veste rouge flashy sur les épaules et grosses chaînes en or autour du cou, venu en bande avec deux mannequins, Devan et Tyler White, pour leur deuxième jour de défilé. “On a déjà vu des choses très conséquente, avec des couleurs très sympa. Beaucoup de saumon cette année, c’est la tendance pour la saison.”

Les fashionistas suivent également, café dans une main, portable branché sur Twitter dans l’autre, les cheveux impeccablement brushés et tenue choisie avec attention, pour assister aux défilés qui guideront leur prochain détour par la Cinquième Avenue. Yoko Imasu, photographe pour le site japonais The Style Snip, est là aussi, à la recherche des looks les plus remarquables parmi les passants. “Hier et aujourd’hui, il n’y avait pas grand monde”, regrette la jeune femme. “Les défilés des grands créateurs ne commencent vraiment que demain et il y aura certainement plus de styles différents”.

Scrutant le ballet incessant des taxis jaunes qui s’arrêtent sur Colombus Avenue ou les sorties de la bouche de métro sur Broadway, une poignée de curieux, l’appareil photo à la main, espèrent rencontrer les stars des podiums ou d’ailleurs. C’est le cas de Sarah et sa mère, Rosario, originaires de Porto-Rico et en week-end à New York. “Ma soeur qui vit ici depuis 14 ans n’a pas pu nous avoir des tickets. C’est pas que je sois intéressée par la mode, enfin un peu comme toute les femmes, mais on espère voir une une célébrité même si avec ce temps, c’est un peu difficile d’être dehors. New York sans ça, ce n’est pas New York!”  En attendant, elles flashent toutes les têtes qui leur semblent connues… Sans vraiment, elles l’avouent, savoir qui fait la mode.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related