Subscribe

La Fouine : “se produire aux Etats-Unis, c’est franchir un palier”

En concert à Miami mercredi 25 janvier, La Fouine a fait sa première scène américaine samedi dernier à New York. Devant un public presque exclusivement français, le rappeur a prouvé ses talents de rappeur et de chanteur. Entretien.

France-Amérique : Qu’est ce qui t’as décidé à te produire aux Etats-Unis ?

La Fouine : J’ai envie de faire des concerts dans le monde entier, rencontrer des gens, que ce soit en Amérique, en Afrique, en Europe ou en Asie. Après, c’est vrai qu’il y a quelque chose de plus à se produire aux Etats-Unis. C’est symbolique.

C’est bon pour l’image de n’importe quel rappeur de jouer en concert aux Etats-Unis ?

Franchement, je ne viens pas ici pour me la péter. Mais c’est vrai que se produire aux Etats-Unis, c’est franchir un palier. J’essaie de gravir les échelons. Je sais que c’est un risque mais je le prends. Je veux aussi rencontrer mon public ici, partager quelque chose. C’est pour ça que je fais de la scène.

Est ce que tu vas essayer de faire carrière ici, comme l’un de tes amis rappeurs, le Français Black Kent, l’a fait avant toi ?

Non. J’aime bien le rap français et la langue française. Et puis, je ne sais pas parler anglais. Il faudrait que je sois bilingue pour pouvoir rapper dans une langue étrangère.

Le rap français et américain est-il différent en terme de rythme, de sonorités ?

Pas vraiment. Le message prime dans tous les cas. Ici c’est plus créatif peut-être. Mais le rap, ça reste des beats, des histoires de quartiers, des punchlines. France et Etats-Unis, ça se rejoint.

Quels rappeurs américains écoutes-tu ?

Le rap commercial, celui qui passe à la radio. Drake, Lil Wayne, Jay-Z. J’ai jamais essayé de chercher des groupes. En ce moment, j’aime beaucoup Odd Future. Ils sont assez décalés, un peu fous.

Et pourquoi, selon toi, le rap français ne marche pas aux Etats-Unis ?

C’est une question d’habitude, d’écoute. Moi, j’ai écouté du rap américain quand j’étais gamin. Je prenais les cassettes de mon frère. Mais les Américains qui n’ont pas grandi avec le rap français, c’est normal qu’ils n’aiment pas. Quand j’écoute du rap portugais, je trouve ça bizarre !

Est-ce ton premier voyage aux Etats-Unis ?

Non, je viens souvent à New York. J’aime bien chiller ici, sortir en boite, faire les boutiques, me balader dans les rues. J’adore l’ambiance de cette ville.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related