Subscribe

La France condamne la “nationalisation” de banques étrangères en Côte d’Ivoire

La France a “condamné” vendredi l’annonce par le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo de “la nationalisation” de banques étrangères, dont les filiales des banques françaises BNP Paribas et Société Générale.

“Nous condamnons l’annonce par Laurent Gbagbo de la nationalisation d’un certain nombre de banques étrangères, dont les filiales de BNP Paribas et de la Société générale”, a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero. “Cette décision n’a pas d’effet en droit puisqu’elle émane d’autorités qui ne sont pas légitimes”, a insisté le porte-parole. “La France réitère sa condamnation de toutes les violences et menaces exercées contre les institutions financières et les opérateurs économiques en Côte d’Ivoire et de toutes les menaces et violences contre des civils”, a rappelé M. Valero.

Jeudi, le gouvernement ivoirien a annoncé que Laurent Gbagbo avait signé des décrets “afin que l’Etat de Côte d’Ivoire prenne le contrôle par une prise de participation totale et complète dans le capital de certaines de banques”, dont la SGBCI et la Bicici, respectivement filiales de la Société Générale et de BNP Paribas. Vendredi matin, des soldats et des policiers fidèles à Laurent Gbagbo avaient pris position à Abidjan devant les sièges de deux filiales de banques françaises, a constaté une journaliste de l’AFP.

Au moins cinq banques, françaises et américaines notamment, dont la SGBCI et la Bicici, avaient annoncé en début de semaine qu’elles suspendaient leur activité en Côte d’Ivoire à la suite de la déstabilisation du secteur bancaire causée par la crise post-électorale opposant Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara, reconnu président élu par la communauté internationale lors de l’élection du 28 novembre 2010.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related